+ Toutes les playlists

Marc Beaupré dirige un duo d’acteurs de rêve – Luc Picard et Sophie Desmarais – au Théâtre d'Aujourd'hui

Pour sa première mise en scène au Théâtre d’Aujourd’hui, Marc Beaupré a non seulement la chance de diriger un duo d’acteurs de rêve, Luc Picard et Sophie Desmarais, mais il peut également se faire les dents sur un thriller économique surprenant écrit par Michael Mackenzie.

Peu de temps après avoir été catapulté à la tête du Théâtre d’Aujourd’hui, Sylvain Bélanger a proposé à Marc Beaupré de monter Instructions pour un éventuel gouvernement socialiste qui souhaiterait abolir la fête de Noël. Le défi : humaniser l’univers abstrait de la haute finance, un milieu fortement condamné par le public.  « J’avais une idée de la crise, des fraudes et de la déresponsabilisation, mais Mackenzie a voulu exprimé autre chose, raconte Beaupré. Le personnage principal, un financier qui gravite dans les hautes sphères de Wall Street, n’est pas corrompu et il n’a jamais fraudé. Luc Picard va devoir travailler avec le jugement péjoratif des spectateurs. »
Habitué de faire éclater les conventions de certains classiques en s’attaquant à des œuvres comme Caligula [Remix] (2010) et Dom Juan_Uncensored, le metteur en scène doit cette fois composer avec un huis clos de 90 minutes entre deux personnages qui ne sortent pas de leur bureau. L’homme, qui s’est vu confier un milliard $ à gérer avant la crise, réalise que certains investissements peu éthiques ont été faits. Il sera confronté par une surdouée asociale qui comprend tout, mais qui préfère parler de la dimension intime qui les unit.

Lourd et complexe, cet univers de chiffres et de crise économique ? Pas selon Marc Beaupré. « Les enjeux ne doivent pas être compris par la majorité des spectateurs, dit-il. Même le personnage de Luc Picard, qui est un bonze de la finance, n’arrive pas à cerner la perte financière qu’il est en train de subir. À une semaine de la première, il y a encore plusieurs éléments que je ne comprends pas. Mais ça n’a rien de problématique. La pièce est pleine de zones d’ombre. » Pour le metteur en scène, il était primordial de s’éloigner de l’image classique d’un bureau. « On a construit un univers poétique qui devient le prolongement de la sensibilité du personnage de Sophie, un univers qui réagit à son parcours émotif. Elle est douée avec les chiffres, mais elle a beaucoup de difficulté à prévoir comment les autres vont réagir à ses propos. Elle apprend à faire de la poésie et des métaphores, en partant sur des envolées lyriques qui sont très théâtrales. Ça devient limite onirique par moment. »


Crédit Jérémie Battaglia (Théâtre Aux Écuries)

Heureux et surpris de pouvoir collaborer avec Sophie Desmarais, dont l’horaire de tournage est aussi chargé que sa renommée a gonflé depuis Cannes, Marc Beaupré admet également qu’il était très intimidé à l’idée de diriger Luc Picard. « J’avais beaucoup d’admiration pour son travail et il me faisait un peu peur au début. Luc s’interroge énormément sur la dimension psychologique de la dramaturgie, alors que je suis pas mal plus soucieux de la symbolique. Au début, j’avais de la difficulté à lui dire qu’il se trompait dans sa façon d’interpréter le personnage. Mais on a appris à discuter. On fait des bouts de chemin et on se rejoint. On est rendus chums. »

Même s’il croyait se transformer en metteur en scène, en raison du succès de ses projets depuis 2010, Marc Beaupré est toujours occupé avec le jeu. En plus d’avoir tenu un rôle dans le film Lac Mystère, qui est sorti sur nos écrans cet été, il sera de Série noire, le nouveau projet réalisé par François Létourneau qui sera en ondes à l’hiver 2014. « Je vis sûrement la plus belle année de ma vie en interprétation depuis ma sortie de l’école et Série Noire est de loin l’œuvre de télé la plus accomplie que j’ai faite ! »

Instructions pour un éventuel gouvernement socialiste qui souhaiterait abolir la fête de Noël 
Théâtre d’Aujourd’hui
Du 8 octobre au 2 novembre 2013