+ Toutes les playlists

Le nouvel album de Boards of Canada et l’inquiétude

Un duo européen faisant de la musique électronique sort cette semaine un album très attendu après une pause de 7 ans. Vous n’êtes pas en train de lire un article sur Daft Punk.

 

Les frères écossais à la barre de Boards of Canada ont préparé le terrain depuis quelque temps déjà, allant même jusqu’à sortir un 12” surprise au Record Store Day qui ne contenait que des chiffres lus par une voix robotisée. Une fois la série de nombres complétée (il y en avait aussi d’autres, cachés sur le site de la BBC et divers médias), on pouvait entrer sur leur propre site web et avoir accès à une vidéo annonçant la sortie de Tomorrow’s Harvest. Puis, cette semaine, la veille de la sortie de l’album au Japon (et une semaine avant sa sortie en terres occidentales), une écoute en direct sur YouTube, annoncée via une autre vidéo cryptique.

 

Heureusement, la qualité de l’album est à la hauteur des efforts de promo. Tomorrow’s Harvest est un disque troublant, inquiétant et d’une grande et sombre beauté. Les fans du groupe retrouveront des sonorités plus familières vers la fin de l’album, mais tout le premier acte est déroutant, à dessein. Les titres (Cold Earth, Collapse, Sick Times, etc.) sont tout aussi éloquents que les sons de statique ajoutés ici et là et que la déconstruction des pièces, au sujet de la thématique d’une planète à la dérive. Parce qu’il devient évident que c’est de ça qu’il s’agit, et ce thème est d’autant plus percutant que l’album est presque entièrement instrumental (une seule voix se fait entendre, disant «Testing 1/2/3/4/5/6/7/8/9/10/ Up/Down...») La construction pratiquement géologique des pièces en fait un album qui récompense les écoutes répétées, avec écouteurs, pour en saisir les subtilités et le travail de composition qui est à l’origine de cette œuvre, totalement réussie.

Fans d’électro atmosphériques et/ou d’ambiances sombres, vous serez servis.

Boards of Canada
En magasin et en ligne le 11 juin