+ Toutes les playlists

Victime de la porn: attirer le bon monde

Est-ce qu’on a de l’influence sur le genre de personnes qu’on attire?

J’imagine que si t’es vraiment chanceux, t’attires exactement le genre de personnes qui te plaît. Mais tout le monde n’est pas si chanceux. Il y a la fille qui rêve d’un grand mince et qui attire toujours le petit chubby et le gars qui attire toujours des intellos alors qu’il rêve secrètement d’une cochonne un peu nounoune.

Quand un pattern se répète, on vient qu’à se questionner sur ce qu’on projette.

Est-ce que c’est le linge que je porte? Ma taille? Ma masse musculaire? Ma job? Mes cheveux? Les endroits que je fréquente? Le nombre de tattoos sur mes bras? La disposition de mes poils sur mon corps? La pertinence de mes statuts Facebook?

On mélange un paquet de trucs plus ou moins fiables pour se faire une idée.

- Nos meilleures généralités (les grandes aiment les grands)

- Nos meilleurs préjugés (les Françaises sont vénales)

- Nos meilleurs clichés (les blacks aiment les gros culs)

On mixe tout ça avec nos meilleures connaissances des dynamiques humaines et même si ça donne un paquet de théories (ridicules), ça donne très rarement des solutions concrètes pour attirer la personne parfaite. Ce serait pourtant cool d’avoir des recettes.

Fille opportuniste: «C’est quoi déjà le kit pour attirer les joueurs de hockey?»

De toute façon, entre ce qu’on désire et ce qu’on a besoin, il y a souvent deux-trois océans. Comme moi, je rêve constamment d’épouser une pornstar, mais chaque fois que je jase avec une, je suis déçu. Peut-être est-ce le temps d’opter pour un choix plus mature? Une danseuse? ...de ballet?

Je ne suis pas le seul à être perdu. On voit constamment des filles qui enchaînent les players et qui sont toujours déçues d’être cocues.

«J’aime les hommes confiants qui savent parler aux femmes.»

Ben oui, ils savent parler aux femmes, pis ils savent fourrer tes amies. Deal avec.

Certains prétendent qu’on attire nos semblables. (On est ce que l’on mange?) Ça peut marcher pour des trucs comme «la fille ambitieuse qui désire un gars ambitieux», mais c’est loin d’être universel. Est-ce que je souhaite vraiment me pogner une autre writer tourmentée? Pas vraiment. (Pas plus que je ne cherche une femme avec un pénis, d’ailleurs.) Je préfère le cliché de la muse inspirante.

D’ailleurs, avec les chroniques, c’est souvent intéressant de voir ce que ça attire de semaine en semaine.

Si je parle que j’aime les fausses boules, j’attire les filles aux fausses boules.

Si je parle que j’aime le buttsex, j’attire les buttgirls.

Si je parle que je kiffe l’accent français, je me fais essayer par des Français.

J’ai aussi plein de copines qui prennent comme une insulte chaque fois qu’un gars moche et/ou stupide les aborde. Comme si les gens qu’on attire étaient représentatifs de notre valeur. Ça n’a aucun lien.

Même le pire gars du monde peut se branler sur Rikki Six.

Il reste à trouver une technique pour n’attirer que l’élite désirée. Comme Starbucks qui se débarrasse des rapaces avec ses cafés à cinq piasses. Starbucks filtre les pauvres, on veut filtrer les déplaisants.

D’ailleurs, ça me rappelle cette histoire triste et révoltante. Est-ce que la fille est responsable d’attirer les gros colons? Non. Bien sûr que non.

Une fille attirante va toujours attirer (entre autres) les abrutis horny au même titre qu’un millionnaire va toujours attirer (entre autres) les golddiggers. Ce n’est pas de la faute du millionnaire ou de la fille hawt. Les abrutis horny et les golddiggers avaient déjà leurs valeurs de marde bien avant de rencontrer leur prospect.

Dans un monde idéal (avec des licornes qui vomissent du bacon), les abrutis horny se matcheraient avec les golddiggers pis on en entendrait pu parler. Dans notre monde à nous autres, on est un peu pognés pour improviser. Essayer d’être authentique en espérant qu’un jour, ça interpellera le fantasme approprié.