+ Toutes les playlists

Critiques CD: The Pastels | Slow Summits

Dans la catégorie «on ne les attendait plus», ce tandem écossais n'accuse aucune ride malgré les seize années qui se sont écoulées depuis son dernier album, l'excellent Illumination (1997). Légèrement reconfiguré depuis, The Pastels (qui roule depuis 1982!) mise toujours sur le chant rêveur et intime, presque chuchotant de Stephen McRobbie et de Katrina Mitchell, ainsi que des progressions d'accords nostalgiques. Ça donne une autre série de brûlots à long déploiement, neuf fragments de pop d'apparence brouillonne, mais recelant des passages terriblement accrocheurs, qui ne se dévoilent qu'au fil d'écoutes répétées. Check My Heart, Summer Rain, The Wrong Light et l'instru Slowly Taking Place ont le muscle et la charpente carrée du noise-rock à la Sonic Youth, mais une légèreté respirant la pop des années soixante. Seule l'enveloppe a changé: jadis shoegaze et très guitare, elle épouse maintenant les visées loungy du réalisateur John McEntire (du clan Tortoise). Un angle neuf va à ravir à la pop intemporelle des Pastels!