+ Toutes les playlists

L'OFFTA s'ouvre avec un show surdimensionné: 35 comédiens, 1 terrain de football et 2h30 de jeu

Ce week-end s’ouvrait la 7ème édition du festival OFFTA, avec le très attendu spectacle en plein air Détruire, nous allons, écrit par Philippe Boutin et chorégraphié par Dave St-Pierre. Lors des 2 représentations, le public a été emmené à 30km de Montréal pour vivre une vraie expérience théâtrale, pleine de force et d’émotions. Récit d’une soirée pas comme les autres.

Les deux représentations du pari fou de Philippe Boutin, les 24 et 25 mai derniers on fait beaucoup jaser, bien avant même le début du festival OFFTA. J’avais donc rendez-vous pour la toute première représentation à 19h, devant le Théâtre d’Aujourd’hui.

19h, départ pour un périple

J’arrive devant le Théâtre d’aujourd’hui avec 15 bonnes minutes d’avance comme on me l’avait conseillé, et déjà une file serpente sur le trottoir et attend l’ouverture des portes de notre moyen de transport: un autobus scolaire! Sur la route, l’ambiance est festive et les questions fusent, la première étant «mais où allons-nous?!» La réponse ne tarde pas lorsque nous arrivons sur le stationnement du terrain de football de Ste-Thérèse! Le temps de boire un café et de manger un bout, les 3 autres autobus jaunes viennent déposer le reste des spectateurs dans cet endroit pour le moins surprenant.

Un froid glacial

Les Fermières Obsédées ouvrent le bal avec Bonbon/Candy, mais on sent que le public n'est là que pour une chose: vivre l’expérience Détruire, nous allons. Le froid se fait vraiment sentir mais les conseils des organisateurs ont eu bon écho et presque tous les spectateurs se sont munis de leurs bottes, manteaux d’hiver et couvertures. La file se forme à l’entrée du terrain et l’on aperçoit une trentaine de comédiens vêtus de noir courir autour du terrain. Le public s’installe dans le froid mais surtout dans l’impatience, face à l’immensité d’un terrain baigné par la lumière des spots.

De Richard III à Caligula, puissant, drôle et émouvant

Pendant 2h30, le spectacle tient son pari. D’un côté la prestation de Christophe Payeur, Emmanuel Schwartz, Jean-François Casabonne et, la seule femme sur le terrain, Marie-France Marcotte, donnent l’écho au texte poétique de Philippe Boutin. Les scènes d’amour épiques de Richard III, Cyrano de Bergerac ou encore Caligula sont revisitées pour donner corps à un amour puissant et destructeur. D’un autre côté, le terrain habité par un chœur de 30 comédiens qui donnent la profondeur et une intensité virile et puissante aux maux des personnages. En bref, on en prend plein les yeux et plein de le cœur! Mention spéciale à la touche d'humour réussie des rôles tenus par Alexandre Lavigne et Guillaume Laurin.

L’OFFTA a réussi un pari audacieux en misant sur cette toute première production de la compagnie Couronne Nord. Le talent et l’audace du jeune Philippe Boutin illustrés par les puissantes chorégraphies de Dave St-Pierre ainsi que les 4 comédiens principaux, sont la recette d’une expérience théâtrale et poétique impressionnante.

jusqu'au 2 juin