+ Toutes les playlists

5 artistes à ne pas louper durant MUTEK

MUTEK, c'est comme la grande bouffée d'exploration et d'inconnu avant les sucreries de l'été. Du 29 mai au 2 juin, le grand rendez-vous des arts électroniques rassemblera pour une 14e fois son assortiment de têtes chercheuses, de hippies, de mélomanes et de danseurs à l'affût, de Montréal comme de l'étranger, dans la zone du Quartier des spectacles pour 76 prestations vidéo, musicale et panels en tout genre. Parmi ces événements, plusieurs seront présentés en première mondiale.

Des 140 artistes présents, plusieurs sont des suspects habituels que Montréal a souvent accueillis. Comme Matthew Herbert, qui donnera la première du concert One Pig, The End of Silence. Voici cinq autres participants qui méritent l'attention des festivaliers:

1. Brandt Brauer Frick
S'il s'en trouve encore pour douter de la valeur musicale de la musique électronique, voilà de quoi leur clouer le bec à jamais: trois musiciens formés en musique classique qui font de l'électro non pas à coups de synthés et de claviers, mais bien à partir d'instruments classiques. Le résultat, qui s'inspire tant du techno et du trip-hop que de la musique concrète, est souvent saisissant, toujours déroutant, parfois carrément beau. Leur nouvel album, Miami, est un must. Le 30 mai au Métropolis

2. Lee Gamble
Issu du circuit jungle, ce producteur anglais a pris le chemin de la composition en manipulant des échantillonnages extraits de sa vieille collection de disques drum n'bass. Le résultat est à mi-chemin entre le techno et l'ambient et a forcément un petit quelque chose de vintage. Il lançait en 2012 un premier vinyle 12 po. pour le label PAN et un premier album devrait suivre cette année. Le 30 mai à la SAT

3. Jon Hopkins
Le producteur anglais a gagné de la visibilité en travaillant avec Coldplay et avec Brian Eno, mais il n'est jamais aussi talentueux que lorsqu'il travaille seul. Son nouvel album, Immunity, à paraître le 4 juin, est une autre tranche d'IDM orchestré de main de maître, tout en mélodies bien développées. Le 31 mai au Métropolis

4. Boundary
Ghis Poirier a un nouvel alias. Étonnamment aérien pour ceux qui l'ont connu à travers ses élucubrations hip-hop et/ou ses récentes envolées soca, il représente un retour à ses sources ambient, à l'image des premiers albums artisanaux qu'il a lancés au début des années 2000. On y trouve quand même des références exotiques et oui, du klaxon à air! Le 31 mai à la SAT

5. Juan Atkins & Moritz Von Oswald
L'un fait partie du «Belleville Three» qui a défini le son de Détroit et l'autre est un pilier de la scène allemande. Ni l'un ni l'autre n'a besoin de présentation, mais leur nouvelle collaboration, qui sera inaugurée pendant MUTEK avec une prestation live en grande première, vaut certainement la peine d'être soulignée. Leur premier album, Borderland, à paraître le 10 juin, est fait d'un techno austère, sobre et noir à souhait, rehaussé de touches jazz, dub et ambient. Le 2 juin à la SAT

MUTEK
Du 29 mai au 2 juin
mutek.org