+ Toutes les playlists

Sorties DVD de la semaine: bon thriller signé Steven Soderbergh et brillant faux-documentaire de Sarah Polley

Cette semaine, il faut accepter de se remettre en mode preteen afin de tomber sous le charme de Beautiful Creatures. Steven Soderbergh nous propose pour sa part un portrait de la dépression médicamentée dans Side Effects, un thriller plutôt passionnant, et Sarah Polley livre le très intéressant Stories We Tell, dans lequel elle nous ouvre grand les portes de sa vie familiale.

Side Effects

Aux prises avec un problème de dépression, Emily Taylor (la très bonne Rooney Mara) consultera le docteur Jonathan Banks (Jude Law) suite à une tentative de suicide ratée. Sous l’effet de médicaments, ses élans de somnambulisme la conduiront à poignarder à mort son bien-aimé (Channing Tatum). Emily et le docteur se verront accusés des conséquences de cette folie médicamentée et devront lutter pour sortir indemnes d’un énorme mensonge. Ressurgissant du passé, la docteure Victoria Siebert (Catherine Zeta-Jones), ancienne thérapeute d'Emily, devient un élément mystérieux, cumulant les fausses apparences. Tourné dans le même esprit que Contagion (musique et montage rythmés), Steven Soderbergh (Sex, Lies, and Videotape, Magic Mike) se lance dans un thriller psychologique qui, à défaut d’être parmi ses meilleurs, vaut vraiment la peine d'être vu.


Beautiful Creatures

Le jeune Ethan White (Alden Ehrenreich, une sorte de jeune Leo DiCaprio des pauvres), lycéen en rêve de voyage, tombe sous le charme de la mystérieuse Lena Duchannes (Alice Englert), une nouvelle venue qui fait courir les rumeurs de sorcellerie à son sujet. En amour par dessus la tête, Ethan combattra les tabous de sa petite ville qui carbure au catholicisme pour prouver son amour inconditionnel. Lena, à l'aube de ses sweet sixteen, devra quant à elle confronter son destin de sorcière, ce qui pourrait se révéler fatal pour son histoire d'amour. Réalisé par Richard LaGravenese (P.S. I Love You), ce film fantastique très moyen fait écho à The Craft, mais avec plus d'effets spéciaux, un casting de meilleur qualité (Emma Thompson en feu, Viola Davis, Jeremy Irons, Eileen Atkins) et quelques vulgaires références mal placées au super Bukowski, qui se demanderait sûrement pourquoi son œuvre se retrouve au cœur d'un film pour preteens.


Stories We Tell

La famille de Sarah Polley au grand complet (Away From Her) passe sous l'œil de la caméra pour raconter ses nombreuses versions d’un mystère qui plane toujours sur la jeune réalisatrice. La mère décédée de Sarah y tient le rôle central, le pseudo-documentaire choisissant de la faire revivre à travers les souvenirs de chacun. Des vérités surgissent des témoignages, déroutant plus d’une fois la cinéaste. On lui révèle d’ailleurs la relation extraconjugale de sa mère (relation consommée à Montréal), qui engendrera une succession d’autres révélations aux lourdes conséquences. Brillamment construit, cet essai documentaire réalisé par Polley prend différentes formes, du témoignage et des dispositifs cinématographiques à la fiction. L’ajout de faux souvenirs tournés en Super 8 brouille toute piste que le spectateur tente de tracer. Beau journal intime livré par une talentueuse actrice-cinéaste qui nous donne une raison de plus de l'aimer.