+ Toutes les playlists

Les 5 meilleurs événements de Neon depuis 15 ans

La boîte Neon n’est pas aussi connue que les géants de l’industrie du spectacle à Montréal (comme Spectra ou Evenko), mais le promoteur organise tout de même au-delà de 150 spectacles par année à Montréal.

Fondé dans les entrailles du magasin de disques DNA Records par John Hatz et Tiga, Neon célèbre cette semaine son 15e anniversaire. Entrevue avec un des fondateurs, qui garde aujourd’hui la même flamme qu’au tout début.

«Quand on a commencé, à la fin des années 90, la scène montréalaise était dominée par la house et le techno, et on voulait diversifier tout ça. Ça a bien tombé: l’électro a explosé un peu partout dans le monde, et on a commencé à organiser des shows pour faire connaître la scène montréalaise et internationale.»

Par la suite, les soirées I Love Neon se sont déplacées à la SAT, quatre fois par année. Tiga a dû s’en aller pour poursuivre ses autres projets, et Hatz a pris les rênes pendant un temps. «Mais je me suis rendu compte que c’était un peu moi qui empêchais la boîte de s’accomplir pleinement. Je suis un peu control freak et je voulais tout faire, mais une chose est particulière quand on travaille dans le domaine du nightlife: c’est qu’on veut être là tous les soirs et faire la fête, mais il y a aussi du day stuff qui doit être fait, comme les comptes par exemple. J’ai bien vu que je ne pouvais pas tout faire, alors maintenant nous sommes 5-6 dans les bureaux et l’équipe est formidable. On vise le 200 spectacles l’an prochain et jusqu’à 300 dans deux ans! Et pour nous c’est important parce que dès que tu organises une soirée, tu crées une microéconomie. Ce n’est pas que pour les artistes: tu engages deux barmaids, une vingtaine de gardiens de sécurité, des busboys, etc. Au final t’as mis de l’argent dans les poches de plein de monde.»

Qu’est-ce qui distingue Neon des autres promoteurs ou organisateurs de soirées? «À l’international, on est vus comme étant partie intégrante du mouvement, bien plus qu’une simple compagnie de booking. Quand on organise un show, ou une soirée, on travaille fort pour que le résultat soit unique: on a nos propres VJ et designers visuels et sonores, on veut que ce soit une vraie expérience, une atmosphère où les gens ont envie de se perdre pendant une couple d’heures. Cette mentalité nous est venue parce qu’on a commencé en tant qu’organisateurs de partys, pas en club kids. Au final ça marche, parce que bien des gens viennent à nos soirées même s’ils ne connaissent pas les artistes, juste à cause du nom Neon sur le billet. C’est signe qu’on a créé quelque chose d’important.»

Qu’est-ce qui a le plus changé dans les 15 dernières années? «Les machines de nos artistes sont rendues pas mal plus petites! Sérieusement, les “scènes” se sont fusionnées pas mal: maintenant, les mêmes gens vont aller voir Arcade Fire et Skrillex. On s’enligne donc pour organiser plus de concerts rock. On va essayer différents styles. Comme dans toute industrie, tout change; il faut s’adapter!»

Le top-5 des événements de Neon selon John Hatz:

1. Le neuvième anniversaire de Neon avec MSTRKRFT et Boys Noize au Métropolis, 2007
«Notre premier Métropolis sold out

2. Neon avec Vitalic et Tiga à la SAT, 2001
«La première soirée à la SAT.»

3. Neon avec Miss Kittin & The Hacker à la SAT, 2002

4. LCD Soundsystem à la SAT, 2005

5. LCD Soundsystem au Metropolis, 2010
«Un honneur pour nous de les recevoir lors de leur tournée d’adieu.»

Neon: 15 ans
19 avril | La Satosphère
1201, St-Laurent
avec Tiga, Jori Hulkkonen et Thomas Von Party
iloveneon.ca