+ Toutes les playlists

Victime de la porn: baiser sur la route

J’étais en train de boire quelques pintes (de trop) au nouveau bar à côté de chez nous (le Vestiaire) quand deux clients particulièrement zélés ont décidé de prendre le nom de la place un peu trop au pied de la lettre.

Alors qu’il ne restait qu’une poignée de clients et qu’on approchait dangereusement du close, ces deux lovers de fin de veillée ont eu la fort subtile idée d’aller s’enfermer dans la même toilette unisexe. Les dieux du naughty n’étaient clairement pas de leur bord puisque les rares clients restants ont décidé de quitter durant cette séance prolongée de zignage embarré.

Pour vous donner une image de la scène, il y avait moi et mes deux copines au bar (that’s how I roll, baby), le staff, et la salle cooooooomplètement vide avec les manteaux et effets perso des deux pervs aux toilettes.

Malaise, mais malaise marrant.

C’est quand même bizarre de vouloir fourrer quelqu’un dans une toilette de bar vide juste avant la fermeture. Il y a quelque chose qui me semble contradictoire. L’espèce de mélange entre « fallait vraiment que je fourre » et « no way que je ramène ça chez nous ».

En fait, même si c’est très répandu, je n’ai jamais pleinement saisi le trip de la fourrette en location exotique. J’en profite pour faire mon coming out : je suis plutôt un lover tranquille de lit à domicile.

Le lit, le divan, la douche… Occasionnellement la table (juste pour le trip de pitcher toutes les affaires par terre). Mais sinon, je n’ai pas vraiment besoin de fourrer dans un ascenseur de milieu de centre d’achat pour me sentir vivant.

Cela dit, de ce que j’en comprends, il y a quatre raisons principales pour faire ce genre de trip.

#1 L’envie est trop forte donc on fait avec ce qu’on a

#2 C’est le fantasme de l’autre et on est quelqu’un d’adon

#3 On a cruellement besoin de changement

#4 La chance d’être surpris à tout moment rend ça excitant

Je suis un partisan des trois premières raisons. Il y a plein de circonstances où tu dois jouer avec les cartes que t’as. Si ça s’adonne que t’es horny et qu’il n’y a que l’option de la toilette McDo, so be it!

(Tant que c’est suivi d’une douche de Purel.)

Il reste que si à ce moment-là, on m’offrait de me téléporter (autrement qu’à la Trainspotting) dans une chambre à coucher confo, je choisirais sûrement cette option-là.

Il y a plein d'occasions où c’est le gros fantasme de l’autre. Et ça, c’est quand même cool. De un, c’est tripant de réaliser les fantasmes de quelqu’un. De deux, c’est tripant quand les fantasmes de ton quelqu’un ne sont pas des trips trop louches. Je préfère « subir » la quickie en milieu de parc que de me faire demander « qu’est-ce tu dirais d’un trip à trois avec mon grand-papa? »

Moins malaisant de tomber sur la personne qui veut te taponner au cinéma ou pendant que t’es au volant. D’ailleurs, est-ce qu’il y a une différence gars-fille sur le sexe au volant? Jamais n'ai-je pogné une fille qui était contente que je la taponne pendant qu’elle conduit. Elles ont sérieusement peur de faire un accident. Ça donne une face avec un sous-texte très clair de « FAIS JAMAIS ÇA DE TA VIE, MON TABARNAK! »

Sans avoir sucé beaucoup de conducteurs, j’ai l’impression que les gars sont pas mal moins responsables. En fait, le gars espère juste que ça va faire une bonne frontpage sur le Journal de Montréal. En gros caractères :
« ÉCRAPOU, SA CHICK L’AURA SUCÉ JUSQU’AU BOUT »

C’est d’ailleurs toujours ce qui finit par me convaincre d’embarquer dans ces folies-là : il y a une coche où t’es assez excité pour te foutre d’être entendu, vu ou filmé. Ce qui me ramène à l’histoire des petits lapins Energizer au Vestiaire.

J’étais certain que quand ils sortiraient de leur petit terrier d’amour improvisé, ils arboreraient des petits sourires complices dignes d’une pub de Cialis. Au contraire! Les deux sont sortis séparément et stratégiquement avec un délai de quelques minutes. La tête basse, le pas pressé, et zéro fun dans leur face. En fait, ils avaient un peu l’air de se sauver.

Finalement, il s'avère qu’ils avaient solidement dérineché l’évier! On comprend mieux la honte. L’évier qui ne supporte pas ton cul, ça casse un trip. (Et ça enlève un peu de lustre à ton anecdote.)

C’est peut-être ça la raison #5 pour fourrer sur la route : si tu scrapes le mobilier, ce n’est pas ton mobilier. Mais idéalement, si t’es fan de quickies destructrices à l’extérieur, essaie de ne pas choisir un endroit où il y a des caméras.