+ Toutes les playlists

Critiques CD: We are Wolves | La Mort Pop Club

L'important trio local hausse simultanément les coefficients rock et pop et s'en tire avec un résultat hybride et inspiré. La Mort Pop Club est tout à la fois plus riche en voix, en claviers et en guitares que ses prédécesseurs et, étonnamment, il y a assez de place pour tout faire entrer! La première demie est résolument rock… As the Moon Sets, servie en intro, ressemble à un clin d'œil à la fortuite ressemblance entre le chant d'Alex Ortiz et celui d'Ozzy Osbourne, avec son riff à la Black Sabbath époque Sabotage. We are Made of Fire, Night et Sun sont du We are Wolves classique – dansant, efficace, cinglant. C'est en seconde demie que s'amène le neuf: Moving Fast et la fort accrocheuse Snake in the Sand misent sur des influences new-wave que le groupe avait seulement effleurées jusqu'à maintenant, et le résultat est franchement concluant. Idem pour l'aérienne Voices et son côté The Cure, sans doute la pièce la plus lente commise par WAW. De toute évidence, l'équipe s'est bien remise du départ du batteur Antonin Marquis (depuis remplacé par l'ex-Polipe Pierre-Luc Bégin) et elle a encore des choses intéressantes à dire.