+ Toutes les playlists

Les piliers indie-rock Yo La Tengo: la constance incarnée, de retour chez nous

Le glam, ce théâtre auquel on est accro. Quel que soit le(s) genre(s) de musique qu'on affectionne, la plupart des disques qu'on affectionne en renferment de lourdes doses. Des inflexions vocales fromagées par-ci, des acrobaties de guitares superflues par là, sans oublier un beau lustre sonore tout brillant… Tout ce qui épelle «plus grand que nature» entre sous la coupole du glam.

En bon ex-critique (pour le Village Voice, notamment) et omnivore musical qu'il est, Ira Kaplan pourrait sans doute dresser une liste de quinze disques bien glam qui l'ont inspiré, mais essentiellement, son groupe, Yo La Tengo, incarne la résistance formelle au glam. Et la constance. Voilà 28 ans que le trio, dont le personnel n'a pas changé depuis 1992, chuchote discrètement pour les mélomanes les plus ouverts et sélectifs.

Pas de gros refrains poing-en-l'air. Pas de solos époustouflants. Pas de grosse réalisation scintillante, ni de remix par Diplo. Et surtout pas de virage musical en fonction de la mode du mois. Mais des bonnes chansons, toujours. Minutieusement tissées à partir d'influences rock, pop, soul, punk, folk ou funk, et jouées avec délicatesse et retenue. Le groupe a beau être un emblème indie-rock, c'est des musiciens aimant à la fois The Soft Boys, Mission of Burma et Love que Kaplan cherchait lorsqu'il a placé une petite annonce pour former son groupe.

Certains albums (comme I Can Hear the Heart Beating as One, 1997) ont été plus remarqués que d'autres, mais en tout et pour tout, la formation est demeurée chouchou de la critique et d'un public modeste, mais loyal.

Tout cela nous mène à Fade, son plus récent album, lancé le 15 janvier. Comme sur ses douze prédécesseurs, Yo La Tengo garde le cap sur un alliage musical qui lui est propre. Il s'est néanmoins permis un changement de taille en faisant appel pour la première fois au réalisateur John McEntire (Tortoise, The Sea and Cake, etc.), alors que c'est Roger Moutenot (Sleater-Kinney, Lou Reed, Joseph Arthur) qui a réalisé tous ses autres albums depuis 1993.

Yo La Tengo
11 février | Théâtre Corona
2490, Notre-Dame O.
yolatengo.com