+ Toutes les playlists

Ellie Goulding amène sa pop lumineuse à Montréal

Nous souviendrons-nous d'Ellie Goulding dans 10 ans? Probablement pas, mais dans l'univers aux élans souvent douteux de la pop, la Britannique de 26 ans offre un refuge rassurant.

Pas de faute de goût dans la composition ni le traitement, pas de sornettes dans les textes, une énergie qui met de bonne humeur et des musiques qui renferment un peu de tout… Ce n'est pas du McDo, ni du Subway… Peut-être plus comme du Sushi Express ou du Zyng, genre.

Son histoire est typique. Rompue à la clarinette dès l'enfance, elle se met à faire du folk dès l'adolescence. Jusqu'à ce qu'elle rencontre deux producteurs (Starsmith et Frankmusik) qui la font bifurquer l'électro (comme La Roux… Qu'est-ce qu'elles ont toutes, les chanteuses folk anglaises?).

Publiées en ligne, ses premières créations créent un certain remous. Les majors accourent, et voilà: un premier album (Lights) qui cartonne assez pour réclamer une réédition augmentée et plus polie (Bright Lights), des festivals à gogo, un second album (Halcyon) lancé promptement, histoire de battre le fer pendant qu'il est chaud… C'est là qu'on est rendu, comme disait RBO.

Sorte de version «cheerleader» d'Adele, elle démontre moins d'émotion, mais elle est un peu plus passe-partout. Voilà sans doute pourquoi le Prince chose et Kate machin l'ont choisie comme chanteuse officielle à leur tout petit mariage, là…

Jusqu'à maintenant, son seul vrai faux pas est son goût en matière d'hommes. Son copain n’est nul autre que le Voldemort de l'électro, Skrillex. Il paraît qu'ils voyagent ensemble… Ninjas, tenez-vous près du Métropolis ce samedi!

Ellie Goulding
26 janvier | Métropolis
59, Ste-Catherine E.
avec St. Lucia
elliegoulding.com