+ Toutes les playlists

Victime de la porn: double arc-en-ciel

J’adore les Français, mais crime qu’ils sont anaux concernant le mariage homo. Une manif de 800 000 personnes? Vraiment? Bon, c’est sûr que ça ne représente pas l’ensemble des Français, mais quand autant de gens osent sortir dans la rue, ça signifie clairement que c’est acceptable dans cette société-là de défendre cette position.

Ç’a l’air déplaisant d’être gai là-bas. Plein d’homophobie à peine voilée dans la plupart des entrevues faites durant la manif. Je n’arrive pas à comprendre comment on en arrive à les haïr ou en avoir peur. Personnellement, je les envie grave. En fait, j’ai pas mal toujours eu un gay-wish. Il y a un paquet d’avantages à être gai.

- T’as encore envie de te marier. (Comme Hugh Hefner.)

- Tu peux faire peur aux Conservateurs dans la rue.

- Tu peux fourrer avec David Bowie. (Il a zéro standard.)

- Tu peux dire « Hey bébé, on fait-tu du sexe comme en prison? »

- Si tu te laisses aller, t’es pas un fat fuck, t’es un BEAR!

Un autre avantage d’être homo, c’est que si tu fréquentes un bar de danseurs nus, t’es pas un sexiste sale, t’es juste un perv qui a envie de voir des graines. Si ton chum te met cocu, tu peux lui crisser ton poing sur la gueule. (Mais tu ne le kick pas dans les couilles parce que tu sais ce que ça fait.)

Bon, je sais ce que vous allez dire : l’herbe est toujours plus verte chez le voisin gai. C’est vrai, mais je suis bien conscient que ce n’est pas toujours parfait non plus. Je me rappelle que durant mon secondaire en Abitibi, les gais n’existaient juste pas tellement ils avaient peur. Les bullies étaient pognés pour écoeurer ceux qui avaient « l’air » fif. Pas facile!

Et un moment donné, tu vas au cégep à Montréal et tu croises sept ou huit chummeys en train de crier leur luv durant la parade gai. Au début, t’as le réflexe de te moquer, et quelques secondes après, t’imagines combien tu serais viré fou si pendant toute ton adolescence, tu n’aurais pas pu dire combien tu bandes sur les filles. Je ne sais pas si j’aurais survécu.

Un exercice intéressant à faire, c’est de se créer un Top 3 de crush du même sexe que toi. Ce n’est pas évident. J’arrive à ça :

3. Jax, dans Sons of Anarchy

2. Duchovny/Hank Moody, dans Californication

1. Dan Hardy, fighter du UFC

Clairement, je suis un bottom qui aime ça rough! Mais bon, les crush du même sexe par du monde hétéro, ça ne vaut jamais de la marde. Ce n’est pas un vrai trip de quelqu’un qui veut baiser l’autre. Ça finit toujours par être du monde à qui t’aimerais ressembler.

Ironiquement, dans la vraie vie, je tombe toujours en amour avec des lesbiennes. C’est sûrement une question de look (l’espèce de look à la Skin Diamond) parce que je ne sais jamais à l’avance qu’elles sont gouinettes. Pourtant, contrairement à 90% des gars, je ne tripe même pas sur la porn de (fausses) lesbiennes. Même quand deux chicks se frenchent dans un party pour allumer les gars, ça ne vient pas tant me chercher. (Sauf si elles sont assises sur mes cuisses, ‘mettons.)

(« Et je réalise que je connais davantage de lesbiennes que de gens de couleurs... »)

Est-ce qu’il y a quelqu’un d'hétéro qui a déjà fait une déclaration d’amour à quelqu’un d’homo (en sachant déjà qu’il est homo)?

C’est une expérience à vivre! D’un côté, c’est cool parce que la peur d’être rejeté disparaît, ce qui enlève 90% de la pression. Il reste un 10% où t’espères que ça lui fera quand même plaisir. Et encore là, c’est spécial parce que même si sa face démontre de l’appréciation, tu vois aussi que la personne mouille zéro. (Contrairement à quand tu manifestes ton attirance à une personne matchée, par exemple.)

Intéressant, mais ça mène nulle part. Je n’en veux pas aux lesbiennes pour autant. De leur bord, elles doivent tellement être écoeurées de tomber sur des filles hétérocurieuses! Disons que nous sommes quittes…

La seule chose pour laquelle les gais me dérangent le moindrement, c’est pour la porn. Plein de sites de streaming mélangent leur porn avec la mienne! (Ils doivent trouver ça gossant eux aussi.) Heureusement, à force de voir des images de pénis qui se frottent sur des barbes, on devient blasé comme avec le reste. C’est peut-être ça la solution pour contrer l’homophobie primaire : être assez exposé pour arrêter d’en faire tout un plat. Je ne sais pas. VDLP ne peut pas TOUT régler!

En attendant, j’ai hâte que ce foutu conservatisme arrête de nous freiner vers notre destination : un monde où tout le monde serait libre et égal en droits. Un monde où chacun fourrerait assez pour ne plus se préoccuper de ce qui se passe dans la chambre d’à côté.