+ Toutes les playlists

Critiques CD: Yo La Tengo | Fade

Ce treizième opus voit les vétérans new-yorkais faire appel à un nouveau collaborateur en la personne du réalisateur John McEntire (Tortoise, The Sea and Cake, etc.), mais bien malin qui pourra y entendre quelque différence par rapport aux autres chapitres lancés depuis 15 ans. Yo La Tengo garde le cap sur sa mixture éclectique, vintage à souhait d'influences rock, soul et pop avec une constance rassurante sur Fade. Comme toujours, le chant est murmuré et le jeu musical, tout en demi-teintes, en nuances et en retenue. Hormis Ohm, une balle courbe elliptique, relativement festive servie en introduction, le groupe donne l'impression d'une dégaine pâteuse et paresseuse au premier contact. Les chansons révèlent leur sophistication, leur muscle feutré au fil des écoutes et Fade finit par être une autre gratifiante tranche de rock tout en finesse, qui s'apprécie mieux dans de grosses enceintes.