+ Toutes les playlists

Le groupe Hundred Waters, protégé de Skrillex, nous dévoile les secrets de l'originalité

Enfin, Skrillex a réussi à plaire à la critique. Non pas en tant que musicien, mais en tant qu'opérateur de compagnie de disques.

À l'été 2012, le quintette floridien Hundred Waters est devenu le premier groupe à rejoindre OWSLA, le label du cauchemar musico-capillaire. Il jouit depuis d'un succès critique croissant. Au dernier CMJ New Music Marathon, plusieurs lui ont attribué certains des meilleurs moments du festival, ce qui n'est pas rien considérant le nombre d'artistes présents.

Paru en septembre, l'album homonyme de la troupe a figuré sur plus d'une liste des best of de 2012. Mieux, l'adjectif «original» est souvent utilisé pour décrire sa musique – laquelle, soulignons-le, n'a rien à voir avec le brostep plastifié de Skrillex et davantage avec l'improbable rencontre de l'IDM et du folk. En cette époque blasée, voilà un terme qu'on n'utilise plus à la légère.

Au téléphone depuis leur galerie de Gainesville, en Floride, le multi-instrumentiste Trayer Tryon et la chanteuse Nicole Miglis accueillent mes demandes de réactions à l'adjectif «original» avec sarcasme. Ils s'attendent sans doute à des questions sur Skrillex (qui ne viendront pas). «"Original" est seulement la moitié de l'équation. L'autre moitié, c'est "gangsta". "Original gangsta", voilà ce que nous sommes», pousse Tryon à la blague.

«L'idée n'était pas de faire du "folk électronique", ni quoi que ce soit de précis du genre. On voulait juste faire des chansons avec des mots compliqués, des sons compliqués», déclare Miglis, plus sérieuse. Elle lance le traditionnel: «Nous écoutons tous plusieurs genres de musique».

Tryon évoque les origines informelles de Hundred Waters, dont les membres ont commencé à créer collectivement sans pour autant se qualifier de «groupe», ni prévoir faire entendre leurs jeux au public. «On ne pensait jamais jouer ça live. Quand on n'a pas ça en tête, il n'y a plus de restriction. Tu peux faire ce que tu veux. Ta seule limite est ta capacité à composer.»

Des nombreuses cultures qui nourrissent sa musique, Hundred Waters ne s'identifie à aucune en particulier. «Nous nous identifions d'abord à l'idée d'une chanson. Quelque chose que tu peux mémoriser, fredonner, qui n'est pas entièrement rattaché à des sons et qui peut exister sous différentes formes, note Tryon. Une grande part de la musique électronique se soustrait à ce concept.»

«Nous aimons raconter des histoires», d'ajouter Miglis.

Comme l'illustre son nom, un hommage au peintre Friedensreich Hundertwasser, la peinture est centrale dans l'œuvre du groupe. «Nous venons tous du monde de l'image d'une manière ou d'une autre. Justement, Nicole et moi travaillions sur une peinture quand tu as appelé…» Mais le lien qui unit le visuel et le musical reste abstrait, intangible, selon Trayer. «Ma peinture n'est pas faite pour être montrée. Je ne voyage pas pour elle, elle ne réclame aucune réaction de l'extérieur.»

Moins abstraites sont les associations que les deux musiciens font avec l'épithète «original». «Autechre», lance Trayer du tac au tac. «Ils sont incroyablement originaux. Quand je les écoute, je n'entends qu'eux. Ils essaient de trouver quelque chose qui n'existe qu'en eux, qui n'est pas déjà tapissé partout ailleurs. Chacune de leur chanson est unique, même par rapport à leur propre répertoire.»

«Meredith Monk, nomme à son tour Nicole. Elle était chanteuse, chorégraphe et compositrice dans les années 60 et 70. Elle a inventé de drôles de techniques vocales et composé de magnifiques, longues et bizarres pièces a capella, souvent sans texte, juste faites de syllabes. Pour moi, ça incarne quelque chose de complètement unique.»

«Quelque chose que nous essayons de faire – pas tout le temps, mais le plus souvent possible – est d'avoir recours à des sons méconnaissables, souligne Trayer. Nous cherchons ce son qui ne flottera qu'une fois seulement, une occasion unique qui ne reviendra jamais. C'est impossible à réaliser tout le temps, puisqu'il reste la voix de Nicole, qui est quelque chose de familier, qui garde notre musique sur terre. Tout le reste se veut exotique. À quoi bon enregistrer un orgue? Tout le monde connaît déjà le son d'un orgue. Mieux vaut chercher quelque chose de neuf.»

Hundred Waters
16 janvier | La Sala Rossa
4848, St-Laurent
avec Freelance Whales et Il Abanico
hundred-waters.com