+ Toutes les playlists

5 preuves que Neil Young est cool

Neil Young a 67 ans. Pas l'âge idéal pour l'inspiration rock. Et pourtant, il demeure encore aujourd'hui bien plus cool que bien des jeunes pousses.

Pendant que Rod Stewart, un contemporain, ne chante plus que pour l'âge d'or, ou que la supposée relève fait de la musique à formule, Young signait récemment Psychedelic Pill, un trente-cinquième(!) album sans compromis, bourré de morceaux de plus de dix minutes et de guitares qui déchirent. Chapitre deux de ses retrouvailles avec le groupe Crazy Horse après neuf ans, suivant le plus folk Americana, paru plus tôt cette année, l'opus donne le coup d'envoi à une nouvelle tournée avec le groupe qui s'arrêtera à Montréal ce vendredi.

À cette occasion, on a rassemblé cinq signes illustrant la durable et indéniable «coolitude» du vétéran canadien. On aurait pu en trouver plus.

1. Le bonhomme joue à cache-cache avec l'industrie de la musique depuis 46 ans maintenant. De Buffalo Springfield, son groupe pré-carrière solo, à Crosby, Stills, Nash & Young en passant par son fameux album Harvest, Young a flirté avec le succès à de nombreuses reprises. Mais chaque fois, que ce soit à cause de son caractère de cochon ou de ses pulsions créatives, il s'est défilé pour explorer des avenues qui lui semblaient plus excitantes. CSNY pogne? Il quitte le navire. Crazy Horse grimpe? Il les délaisse pour plutôt tomber dans le country avec les Stray Gators. L'imposant label Geffen cogne à sa porte? Il décide de faire un disque d'électro-pop (et se fait conséquemment poursuivre par Geffen pour avoir fait un disque contraire à son style»).

2. Country, folk, rock, grunge, indie… Neil Young a influencé le cours de tous ces genres de musique et plus encore. Dans les années soixante, il a composé des tubes pour Joni Mitchell et a même collaboré avec Rick James. Sa marque est partout dans les années 70 et 80, des Eagles à R.E.M. et tout ce qui s'est trouvé entre les deux. Durant les années 90, il a inspiré Pearl Jam, Dinosaur Jr. et le mouvement alt-country. Et aujourd'hui, son influence est évidente chez les Fleet Foxes, Arcade Fire et maints autres ténors indie-rock.

3. Ce jeu de guitare! En mode acoustique, il excelle dans l'art du riff de moins de cinq notes. En mode électrique, il martèle sa chère Old Black (une Gibson Les Paul de 1953) pour en tirer les solos les plus abrasifs et incongrus. Dans les deux cas, sa signature est instantanément reconnaissable.

4. Un single de 17 minutes? Check.

5. Young travaille présentement à réhabiliter la musique numérique. Insatisfait de la qualité sonore du format MP3, il planche sur un nouveau format de fichier qui permettrait une meilleure fidélité, de même que sur un lecteur portatif pour l'accueillir, nommé Pono. Leur dévoilement est prévu pour 2013.

Neil Young with Crazy Horse
23 novembre | Centre Bell
1909, Des Canadiens-de-Montréal
avec Patti Smith et The Sadies
neilyoung.com