+ Toutes les playlists
20 septembre, 2012 - 14:02 Victime de la porn

Victime de la porn: les crosseurs fourrent plus

Vous êtes dans un bar, il se fait tard, et vous êtes deux sur la même blondie sur le point de céder. Vous faites tous les deux votre possible côté pitch de vente quand soudainement, la nature du crosseur ressort.

Crosseur: Moi, bébé, je suis un Olympien du sexe.
Blondie: Ah oui, intéressant. Et toi?
Honnête: Moi? Eeeeh, il faut que j’accote ça? Je devrais pas juste gagner par défaut? Me semble que c’est un peu ridicule son truc d’Olym…
Blondie: Come on! Vends-moi du rêve un peu!
Honnête: Eeeeeh… je suis un… astronaute de la noune?
Blondie: …
Honnête: Ok, ok. Hm, ben écoute, je te trouve belle… Un peu nounoune, mais t’as l’air de crier l’fun.
Blondie: …

Eh voilà! Encore une fois, la fille termine avec le crosseur qui est autant un Olympien du sexe que je suis un chroniqueur classy.

Et for the record, les garçons sont loin d’avoir l’exclusivité de la crossaillerie. Il y a des tonnes de filles malhonnêtes qui glissent toujours subtilement combien elles peuvent sucer pendant des heures sans se tanner (et sans les mains) ou qui font semblant d’avoir un orgasme lorsqu’elles éternuent.

C’est gros, ça sent fort l’arnaque, et ça marche.

Et toi, comme bon petit gars ou bonne petite fille honnête et honorable, tu finis frustré et tout seul devant ton ordi avec les culottes aux tibias. Et quelques minutes plus tard, tu te demandes pourquoi t’es pas crosseur toi avec. Parce qu’il y a plein de raisons d’être crosseur:


1. C’est toujours plus facile de gagner quand tu triches
Qui gagne toujours au Monopoly? Celui qui run la banque. ‘Nuff said. (Mais je continue quand même.)

2. Si tu ne triches pas un peu, c’est que tu n’essaies pas assez fort 
(Comme j’avais dit dans cette chronique bizarre.)

Ne pas tricher, c’est un peu comme un politicien en campagne électorale qui présente un programme raisonnable avec des projets chiffrés qui balancent comme un pro et aucune promesse complètement farfelue.

Bon quatre ans dans la huitième opposition, champion!

3. Le côté obscur est toujours plus tripant au niveau de l’avancement
Sincèrement, pourquoi se faire chier à être honorable et vrai? Aussi bien d’y aller pour le bon vieux dark side qui te permet de sauter les étapes (et la petite barista tatouée).

Bon, ok, pas besoin d’être Yoda pour savoir que le côté obscur n’est plus séduisant que pour le court terme. Mais justement, c’est ça le problème: même si tu désires noblement du long terme et bâtir une relation solide basée sur l’authenticité et zzzzzz…. L’autre fucker avec qui t’es en compétition, lui, est prêt à mettre tous ses jetons juste pour closer sa nuitée.

Du coup, ça fuck tout.

C’est la faute de la compétition. Elle nous rend désespérés et prêts à faire n’importe quoi.

(«Mets-en que je vais les lécher tes aisselles!»)

J’ai une chummey qui, chaque été, va vivre dans une autre dimension. Au mois d’avril ou mai, elle va planter des arbres à l’autre bout du pays dans le fond d’un bois avec quelques dudes malpropres. Et chaque crime de fois, elle en revient amoureuse au mois de septembre.

Et du luv sérieux, là.

Ça l’air que quand tu passes l’été à te partager une tente, ça tisse des liens. (Bon, elle change de gars à chaque été donc ça vaut ce que ça vaut, mais quand même…) Mon point, c’est que lorsqu’on enlève la grosse compétition conne et qu’on a un peu de temps de connecter pour vrai, il y a des bonnes choses qui arrivent.

Mais bon, si ta solution est d’amener une personne que tu ne connais pas très creux dans le fin fond d’un bois éloigné pour apprendre à mieux la connaître, je te le dis tout de suite, ça sonne creepy.