+ Toutes les playlists

Entrevue avec James Marsters (Spike dans Buffy!), en ville pour Comiccon Montréal

Un bon soir autour de 1999, j'ai skippé le party de fête d'une de mes meilleures amies parce qu'il y avait un nouvel épisode de Buffy the Vampire Slayer à la télé. Oui, j’étais à ce point fan de la série américaine.

Quand on m'a proposé de faire une entrevue avec James Marsters, l’acteur qui a incarné le vampire we loved to hate (ou vice versa), Spike, j'ai sauté sur l'occasion (tout en tremblant de stress à l'intérieur).

Depuis la conclusion de Buffy en 2003, James Marsters a pris part à de nombreux événements internationaux et conventions pour les fans de sci-fi. L’acteur américain de 50 ans (incroyable, non?) revient au Comiccon de Montréal pour une deuxième année consécutive ce week-end. Il y donnera une conférence en plus de sortir sa guitare (qu'il a baptisée Guthrie) pour un concert.

«J’ai beaucoup de plaisir à assister aux conventions du genre, dit-il au bout du fil. Ça ressemble au festival Burning Man! Tu peux être qui tu veux, habillé comme tu veux être habillé et tout le monde est beau. C’est comme un plateau de tournage à Hollywood: les gens qui assistent à la convention font ce que je fais habituellement: s’habiller et prétendre être quelqu’un d’autre pour quelques heures. Je trouve ça merveilleux. Les gens boivent de la bière tout en ayant des armes sur eux et personne ne se fait de mal!»

Comme c'est le cas pour de nombreuses séries devenues cultes (on pense, bien sûr, à Star Trek), la loyauté des fans envers Buffy perdure (je vous le confirme, j'ai toujours ma figurine du personnage de Willow). Plusieurs des stars de la série créée par le mastermind Joss Whedon profitent donc de cette notoriété pour voyager et rencontrer les fans lors de conventions. Pour James Marsters, l'exercice nécessite bien des heures de déplacement en avion, mais au final, c'est très satisfaisant.

«Je trouve que les fans de Buffy sont des gens vraiment intelligents et très drôles, soutient l'acteur. Lors d'événements, j’ai eu des conversations fascinantes avec des gens qui travaillent pour la NASA ou la CIA. Y’en a qui me disent qu’ils auraient à me tuer s’ils me révélaient ce qu’il font au travail!»

Finalement, la question qui tue: est-ce que ça manque à James d’avoir les cheveux bleachés? «Non, pas une seule seconde! J'ai des cheveux très épais et ça chauffait quand ma chevelure devenait sèche. Parfois, lors de gros plans, j'avais du sang qui coulait de mon front! Ce n'était donc pas ma partie préférée du travail, même si ça paraîssait bien.»
 

Concert de James Marsters
14 septembre à 21h30 | Palais des congrès

Montreal Comiccon
Du 14 au 16 septembre 2012 | Palais des congrès
montrealcomiccon.com