+ Toutes les playlists

TangoCharlie, intéressant nouveau groupe formé d’ex-Cougarettes, nous parle de son 1er album

Certaines choses sont passées trop vite. Le temps. Arrested Development. Votre dernière relation amoureuse. Et le combo électro-punk local Cougarettes, dont la carrière prometteuse s’est terminée avec un concert en catimini à l’automne 2010.

Après un silence radio de quelques mois, cela dit, les vestiges du groupe (sans la chanteuse Cardi) ont rapidement refait surface à l’été 2011 avec un nouveau projet, TangoCharlie, bonifié par la présence au chant de l’énergumène lo-fi Mathias Mental. Deux nouvelles chansons livrées sur Bandcamp annonçaient une suite logique de l’épisode Cougarettes.

Fast forward vers aujourd'hui et nous voici avec un premier album complet sur les bras: Worthwhile Dilemmas, disponible en téléchargement sur don volontaire depuis la semaine dernière, toujours via Bandcamp.

La nouvelle entité soulignera le franchissement de cette étape lors d’un concert en plein air ce vendredi 8 juin au Parc de la Petite Italie dès 17h dans le cadre de Spring Pop.

À cette occasion, nous avons posé quelques questions aux deux têtes dirigeantes du quatuor, Mathias Mental et François «Frank Garrett» Bélanger.

Histoire de boucler la boucle des Cougarettes, qu’est-ce qui a mené à la fin du groupe? J’ai ouï dire que c’était parce que la chanteuse avait quitté Montréal...
François: Oui, en effet, la chanteuse a bel et bien quitté Montréal pour s’établir à Pemberton, près de Whistler, afin de se remettre de cette vie rocambolesque qu’était les Cougarettes. Sexe et rock n’roll ne rimait plus avec ce qu’elle envisageait dans sa vie et sa carrière. Par contre, on ne sait jamais ce que la vie nous réserve. Nous nous revoyons quelques fois par année et on se dit toujours que le groupe nous manque et que nous devrions redémarrer cette belle folie.

Qu’en est-il de Mathias Mental? Est-il englouti par TangoCharlie ou continuera-t-il à cheminer en solo en parallèle?
Mathias: J’ai continué à composer et à évoluer en parallèle de TangoCharlie. Évidemment, collaborer avec François et voir comment il travaille m’a permis d’élargir mes horizons. Je suis en train de terminer un court album intitulé The Stateroom Scene, que je lancerai le 31 août. C’est un album qui allie l’électro minimaliste et le folk-rock. Entretemps, j’ai coproduit et coréalisé un EP avec mes amis du duo électro-pop Reine de France, qui a dominé les charts des radios étudiantes ce printemps. Je me suis rendu compte que les gens (ou du moins les animateurs de radio étudiante) s’ennuyaient plus que je pensais de Mathias Mental. Ça fait chaud au coeur et j’ai hâte de livrer mes nouvelles compositions.

Comment les deux entités se sont-elles soudées? Quand l’union s’est-elle faite?
Mathias: J’ai pris contact avec François lors de la sortie de Milk Fangs (NDLR le EP des Cougarettes) pour faire un remix de la pièce «Ego Head». Le remix a bien marché et François m’a rendu la pareille en remixant ma pièce «Daylight Saving». Les Cougarettes venaient de finir et moi, je voulais respirer un peu après l’album Teflon Child, alors on s’est mis à écrire des chansons et ça a tout de suite porté fruit. François avait des tracks en chantier, moi je travaillais déjà sur des paroles et des mélodies de mon côté alors le rythme de travail était très rapide. Nous sommes assez compulsifs dans notre manière de composer. À partir de là, on a parlé de direction artistique et d’idées de production et le tour était joué.

Francois: J’ajouterais que je me cherchais un peu dans ces pièces en chantier et Mathias m’a aidé à y voir plus clair. La production s’est faite selon moi en deux temps. La première étant la lune de miel qui nous a fait composer une dizaine de pièces en deux mois seulement. Les pièces étaient beaucoup plus électro au départ. Ensuite, nous avons dû monter le show live comme nous avions déjà des propositions de spectacles. Ce qui nous a amenés a nous remettre en question sur les arrangements. Nous avons soudainement eu envie retrouver ce côté «live» sur l’album.

S’agit-il simplement d’une suite logique des Cougarettes et de Mathias Mental ou s’agit-il d’un projet différent dans vos têtes?
François: À la base, pour nous (les ex-Cougarettes), je crois que c’était une suite des Cougarettes. Une volonté de continuer à faire ce que nous aimons, c’est-à-dire produire des albums et donner des spectacles. Mais en repartant ainsi, c’était le temps de renouveler notre manière de faire et nous avons voulu retourner aux sources en utilisant plus d’instruments électriques et en nous départissant un peu de l’ordinateur. Au niveau de la création, nous avons voulu trouver d’autres moods que celui d’un double espresso et créer une ambiance plus accessible. Aussi, le fait de travailler avec Mathias a forcément changé la donne. On ne pouvait se dire qu’on refaisait la musique des Cougarettes en changeant de chanteur. En réalité, ça s’est fait assez naturellement en collaborant. Je crois que TangoCharlie ne ressemble ni à Cougarettes, ni à Mathias Mental. Donc oui, c’est un projet différent dans nos têtes.

Mathias: C’est une décision consciente de notre part de transcender le fameux: «C’est le chanteur de tel groupe qui joue avec les musiciens de tel autre groupe». C’est un projet différent, mais dans ma tête je vois une certaine continuité. Je pense qu’un disque, c’est un instantané de la vie d’un artiste et que la vie de l’artiste devient la somme de ces portraits volés. Quelqu’un qui écoute Worthwhile Dilemmas à la suite de Milk Fangs voit un lien et suit le personnage derrière ça. Même chose pour Mathias Mental. J’aime à penser que j’ai offert certaines pièces essentielles du puzzle. J’ai de la misère à différencier ce que je fais avec un groupe ou l’autre, honnêtement. J’ai des idées de paroles et de mélodies qui me viennent à la tête tous les jours. Tant mieux si ça «fitte» avec un projet ou l’autre.

TangoCharlie
8 juin | Parc de la Petite Italie dès 17h dans le cadre de Spring Pop
coin St. Laurent et St. Zotique
avec Katie Moore, Mike O’Brien & Michell Tompkins, Weeping Buffalo, Sergiu Popa, et DJ Frankedvs
tangocharlie.bandcamp.com