+ Toutes les playlists

Finales des Francouvertes 2012: qui va l’emporter?

Puis, au terme de sept semaines de préliminaires et trois soirs de demi-finales, ils n’étaient plus que trois. Trois survivants sur les 21 concurrents d’origine.

Suivant ces étapes où ils ont su rallier le jury et le public (dont les évaluations respectives comptent chacune pour 50% des résultats), tous peuvent déjà se taper dans le dos en se disant que leur carrière risque de prendre un certain tournant (quoiqu’on n’entend pas full parler de la gagnante de l’an dernier, Chloé Lacasse). Mais il reste quand même une étape à franchir: celle de la finale, qui se tient ce mardi 1er mai au Club Soda. Ce sera l’occasion d’échanger ses prédictions avec tous un chacun, de voir ou revoir les deux porte-paroles du concours de cette année – Alex Nevsky et Stefie Shock –, mais surtout d’assister à la lutte finale entre les trois finalistes.

Qui risque de gagner la première place? Parions sur les Sœurs Boulay, qui suscitent un buzz considérable depuis leur prestation aux préliminaires. Originaires de la Gaspésie et armées simplement d’une guitare acoustique, d’un ukulélé et de leurs voix cristallines, Mélanie et Stéphanie jouent la carte du minimalisme folk-pop avec brio. Leurs harmonies vocales et leur sensibilité sont désarmantes, en plus de dégager sur scène un personnalité sympathique, du type «deux frangines un peu pompettes lors d’un party de famille». À défaut d’offrir quelque originalité que ce soit, elles ont tout pour s’imposer dans le paysage musical local. S’il advenait qu’elles ne gagnent pas, ce qui serait surprenant, elles réussiront bien à se frayer un chemin d’une autre manière.

Le trio rock Gazoline a aussi ses chances. Bien que pas des plus originaux lui non plus, il a apporté une dose de fougue à la seizième édition du concours avec ses textes lubriques et ses sonorités lourdes, livrés sur un mode pop convaincant. Issu du Saguenay et appuyé par Xavier Caféïne à la réalisation sur son récent EP, Futurbabymama, il s’impose en relève compétente de ce dernier ou encore de Le Nombre. Ça ne sera probablement pas le préféré du jury, mais comme le groupe a nolisé un autobus pour permettre à ses fans saguenéens de venir l’applaudir, une victoire n’est pas impossible.

Quant à Francis Faubert, un auteur-compositeur de Duclos, dans l’Outaouais, on s’étonne un peu de sa présence sur le peloton final. Dans la veine folk-rock, on aurait plutôt vu Simon Kingsbury. Évoquant tantôt Bernard Adamus, les Colocs ou Daniel Boucher, sa proposition est très convenue, mais pourrait quand même rallier le jury, vu l’appétit de l’industrie québécoise pour ce genre de choses. En anglais, on appelle ça une wild card: le facteur improbable qui pourrait causer un revirement de situation.

Francouvertes: finale de la seizième édition
1er mai | Club Soda
1225, St. Laurent
francouvertes.com