+ Toutes les playlists
Montréal en lumière
14 février, 2012 - 12:12

Cinq concerts à voir durant le festival Montréal en lumière

On peut gémir à propos du fait que le festival Montréal en lumière n’est pas assez musical, trop orienté vers le public baby boomer et trop garni d’événements culinaires sans grande pertinence pour qui n’a pas un salaire de cadre ni de grosse cabane à Brossard. Ou on peut se la fermer, avancer dans ses travaux de session et s’attarder au fait que bien qu’il s’agisse là du moins musical des festi-Spectra, l’événement a quand même quelques rendez-vous appétissants à proposer dans le département «bière et gens qui se trémoussent sur scène».

Voici les principaux à surveiller durant la treizième édition du festival, qui se tient du 16 au 26 février.

The Barr Brothers
Oui, encore eux. Non, on n’est pas tannés. Parce que voilà l’un des rares bands locaux qu’on peut aller voir avec ses parents sans avoir l’impression de mettre son goût aux oubliettes. Et parce que c’est l’un des meilleurs groupes à avoir émergé de Montréal ces derniers temps, point. Pour le jeu de guitare de Brad Barr, pour la harpe de Sarah Pagé et pour l’usage ingénieux que le groupe fait de simples bobines de fil à coudre. Premier concert local depuis le passage du groupe à David Letterman au début janvier. Le 22 février au Club Soda avec Julien Sagot

Été 67 et
Experimental Tropic Blues Band
C’est l’invasion belge! Deux forts groupes du pays des frites et de la BD, quoiqu’opérant chacun dans des créneaux fort différents. Le premier est bavard et soigné, donnant dans un rock à textes dans la lignée de Noir Désir. Le second est frénétique et brouillon, plutôt du côté Jon Spencer Blues Explosion des choses. Chacun excelle dans son petit registre, si bien qu’on pardonne même aux seconds de chanter en anglais avec un accent pas possible. Le 18 février à l’Astral

Philippe B
L’ex-Gwenwed habille sa chanson folk éloquente en tenue de soirée le temps de deux prestations spéciales en compagnie du Quatuor Molinari. On dira ce qu’on voudra sur l’injuste «succès d’estime» que le très louangé Abitibien-montréalais reçoit, il reste que les deux concerts sont complets. Le 17 février à 20h et 23h au Conservatoire de musique de Montréal

Theophilus London (en photo)
Ayant tout juste complété un duo avec A$AP Rocky en vue d’un nouveau EP à paraître bientôt, le New-Yorkais est de retour chez nous pour une seconde fois en moins d’un an. Aussi exubérant sur scène que sur disque, le bonhomme peut se vanter d’avoir uni derrière lui les puristes hip-hop et les fans de rock, exploit aussi rare qu’un écologiste dans l’entourage du cabinet Harper. Le 18 février au Club Soda avec Foxtrott

La Nuit blanche de Bande à part
OK, si vous n’avez qu’un seul show à aller voir durant Montréal en lumière, c’est celui-là. Parce qu’il est gratuit (attendez-vous toutefois à faire la file et à jouer du coude si vous arrivez tard), parce qu’il dure toute la nuit (jusqu’à 5h, plus précisément) et parce qu’il rassemble les géants hardcore torontois Fucked Up, les excellents Montréalais Galaxie, Alaclair Ensemble et Boogat en plus du DJ Vincent Lemieux et d’un invité-surprise. Qui dit mieux? Le 25 février au Métropolis dès 21h30

Festival Montréal en lumière
16-26 février
montrealenlumiere.com