+ Toutes les playlists

Le brillant collectif théâtral Les Néos propose ses ultimes «Pièces pour emporter»

Après avoir fait le tour de la province pendant quatre ans et s’être produits dans une foule de lieux underground avec le spectacle Pièces pour emporter, l’heure du dernier service a sonné pour les Néos. C’est à La Petite Licorne que les six comédiens-serveurs dévoileront pour une dernière fois leurs plats de résistance. NIGHTLIFE.CA s’est entretenu avec l’un d’entre eux, Mathieu Lepage.



**Le collectif est maintenant constitué de 7 membres et non 11, tel qu'était le cas lors du tournage de cet épisode de Mange ta ville.

 

Qui sont les Néos?
Nous sommes des comédiens qui se sont rencontrés lors d’un stage donné à Montréal par Greg Allen, fondateur du mouvement-théâtral néo-futurisme. Ça a tout de suite cliqué entre nous, mais aussi avec la méthode où le comédien se présente sous sa réelle identité et où l’illusion théâtrale et le quatrième mur n’ont plus leur place. Nous avons monté ensemble une première mouture de Pièces pour emporter au festival Fringe en 2008, et depuis, nous n’avons pas cessé de créer des spectacles ensemble.

 

Quel est le concept de Pièces pour emporter?
Il y a 35 pièces au menu, d’une durée de 30 secondes à 4 minutes, et c’est le spectateur qui décide de ce qu’il veut se mettre sous la dent. Avant le repas, le maître d’hôtel demande dans le foyer du théâtre ce que les clients veulent pour l’entrée et pour le dessert, et les choix les plus populaires sont interprétés. Les plats de résistances sont pour leur part choisis en direct par le public pendant le service. De plus, toutes les pièces sont des créations originales écrites par nous et sont inspirées par nos vies et par l’actualité.

 

Comment le spectacle a-t-il évolué avec le temps?
Le spectacle a constamment évolué car les pièces que nous présentons sont nouvelles chaque fois. Nous avons également ajouté quelques petites nouveautés pour ce dernier tour de piste. Par exemple, les spectateurs qui viendront nous voir à La Petite Licorne auront droit au «plat du jour» : une pièce que l’un d’entre nous aura monté la veille de chaque représentation. Il s’agit là d’un beau défi et d’une belle façon de rester alerte!

 


Crédit: Marlène Gélineau-Payette

 

Qu’est-ce que ça vous apporte comme comédien d’être Néos?
Ça apporte beaucoup de choses. Tout d’abord, tu te poses moins de questions. Ensuite, ça t’apprend à jouer juste. Tu ne peux pas te cacher derrière des artifices car tu es toi-même. Ça permet également une belle recherche sur soi. Personnellement, ça m’a beaucoup aidé pour les auditions de cinéma, car contrairement au jeu du théâtre traditionnel, le jeu du théâtre néo-futuriste est minimaliste. Finalement, c’est très énergisant pour nous de pouvoir communiquer avec le public.

 

Quel est le prochain projet des Néos?
Il s’agit de la pièce Scrap, écrite cette fois-ci par seulement un membre de la compagnie, Mathieu Leroux. Il s’agit du cri d’une génération, celle des 25-35 ans, qui aime les choses extrêmes, et qui fait tout pour se prouver qu’elle est bien vivante. C’est un spectacle qui va débuter à l’intérieur de l’Espace Libre (du 11 au 16 juin), et va se terminer à l’extérieur, dans la ruelle…

 

Pièces pour emporter
Les 6, 7, et 8 février à 19h
À La Petite Licorne 
4559, Papineau lesneos.wordpress.com