+ Toutes les playlists
Crédit photo : Marine Anaïs Haddadi
Bremner: Chuck Hughes ouvre un deuxième restaurant à son image

Bremner: Chuck Hughes ouvre un deuxième restaurant à son image

Une entrée discrète avec l’inscription "Restaurant". Pas d’ouverture médiatique ni de site web. Pourtant, tout le monde a déjà entendu chuchoter le mot Bremner. Peut-être à cause du caractère intime du demi-sous-sol aux chandeliers scintillants. Peut-être grâce à la terrasse arrière avec bar à huîtres. Sûrement parce que le renommé chef Chuck Hughes en est le propriétaire.
 


Nous débarquons un samedi soir en sachant pertinemment que l’endroit sera occupé par une faune avide de nouveauté. On s’attable, et l’un des élégants serveurs rapplique en nous énumérant les cocktails du jour. On commande des drinks girly à souhait, comme celui au gin, saké, cherry bitter et soda avec tranche de poire caramélisée et romarin, pourtant pas si sucré et notant une belle amertume.

Le menu? Des tapas. Oui, encore. Sauf qu’il est divisé singulièrement en «Menu froid»,  «Pain & Fromages», «De la Salamandre» ou encore «De la Terrasse». La constante repose sur une orientation asiatique et une prédominance des produits de la mer: parfait de homard, crabe des neiges au kimchee avec riz croquant, sardines au citron confit… On tente le bar rayé cru avec radis mariné, menthe et pistaches. Sa chair est tendre et se marie parfaitement avec les accompagnements.

Comme second choix, le jarret de porc adobo avec salade de coriandre est goûteux, mais tout de même moins mémorable que son prédécesseur. En dessert, un voluptueux shortcake aux fraises achève la soirée sur une note légère et bien dosée. Comptez une vingtaine de dollars par tapas.
 

Bremner
361, St-Paul E.