+ Toutes les playlists

Arcade Fire rattrape le temps perdu à Pop Montréal

Chaque année depuis 2004, c’est la même chose: on espère retrouver dans le programme du festival Pop Montréal le nom du groupe qui a remis la ville sur la «map»; la plus brillante recrue des circuits artisanaux que représente et défend Pop.

Mais rien. Parmi les événements secrets qui pimentent chaque année la programmation du festival, peut-être? Rien non plus.

«Normal», a-t-on fini par se dire. «S’il y a bien un groupe occupé, n’ayant plus besoin d’entretenir son ‘’indie cred’’, c’est bien Arcade Fire

Puis, cette année, surprise: non seulement le groupe participe au festival, mais de trois façons plutôt qu’une. Il y a évidemment le concert du 21 septembre au Métropolis (archicomplet, comme de raison); celui, extérieur et gratuit, du 22 à la Place des festivals (bonjour le chaos), mais la contribution la plus inusitée est certainement cette partie de basketball bénéfice parrainée par le chanteur Win Butler, le 24 septembre au Centre sportif de l’Université McGill.

Baptisé «Pop vs. Jock», l’événement verra deux équipes – l’une dirigée par les frères Win et Will Butler, composée de leurs amis musiciens et l’autre, de joueurs étoile des équipes de basketball de McGill et Concordia – s’affronter au profit de DJ Club Sports, un organisme qui offre des programmes sportifs aux jeunes du sud-ouest de Montréal. Régine Chassagne, chanteuse d’Arcade Fire, sera l’organiste officielle de la partie; Kid Koala, l’invité musical de la mi-temps et Richard Reed Parry, contrebassiste, guitariste et claviériste d’Arcade Fire, en profitera pour présenter en grande première Drones/Revelations, une symphonie pour… bicyclettes.

Rien ne sert de courir             
Contrairement à ce qu’on pourrait croire, l’équipe de Pop Montréal ne s’est pas bousculée au portillon pour recevoir les gagnants d’un Grammy au festival. «On n’a jamais essayé de les avoir, en fait, sauf pour la seconde édition du festival, lorsque je les ai invités (NDLR: c’était en 2002)», commente le fondateur et directeur de Pop Montréal, Dan Seligman.

«Nous avons toujours organisé leurs concerts – à l’église de l’Armée du Salut, à l’église Saint-Michel, à la Fédération ukrainienne et à l’aréna Maurice-Richard – et ce sont des amis à moi. Par le passé, ils ont quand même participé au festival de différentes manières. Win a participé à une conférence en 2007. Bell Orchestre (le second groupe de Richard Reed Parry et de la violoniste Sarah Neufeld) a joué, Tim (Kingsbury, bassiste) a accompagné Basia Bulat… Je sais qu’ils sont fans du festival et à chaque fois qu’ils sont en ville pendant qu’il a lieu, ils viennent voir des concerts», poursuit-il.

La participation du groupe à cette dixième édition se serait dessinée de façon on ne peut plus naturelle. «Win et moi cherchions le moyen de faire un gros concert extérieur depuis plusieurs années. On l’a presque fait il y a trois ans, mais avons dû faire demi-tour», raconte Dan. «Puis, le groupe a lancé The Suburbs, joué à Osheaga et tourné à travers le monde. L’hiver dernier, on a recommencé à discuter du projet et, après un peu de remue-méninges, on a conclu que la journée sans voiture durant le festival serait le meilleur moment.»

«La partie de basketball est une idée de Win. Quant à la symphonie de Richy, c’est un projet entièrement différent sur lequel lui et moi travaillions depuis un moment. Lorsque la partie de basket est devenue réalité, j’ai suggéré qu’on colle les deux ensemble. C’est tout.»

Arcade Fire
21 septembre | Métropolis
59, Ste-Catherine E.
avec Karkwa

22 septembre | Place des festivals
angle Jeanne-Mance/Ste-Catherine
avec Karkwa et Kid Koala

Pop vs. Jock
24 septembre | Centre sportif de l’Université McGill
475, Des Pins O.

popmontreal.com
arcadefire.com