+ Toutes les playlists

All Night Long: Ibiza sur la Rive-Nord, et Steffi au U.N.

Pas de panique, l’été n’est pas terminé. Et même quand il le sera, la ville ne cessera pas pour autant  d’être festive. Je n’ai rien contre l’été et son soleil hautement cancérigène, mais je préfère pratiquer mes activités de plein air à l’automne, quand on peut porter un petit foulard et un hoodie en après-midi sans suer.

 

Le Piknic Électronik proposait jadis, dans une galaxie pas si lointaine, une édition d’Halloween, qui avait lieu comme d’habitude sur la Place de l’Homme et qui était ressentie par les amateurs de cet excellent événement comme un « flashback ». Les costumes inventifs abondaient, et on pouvait danser et fraterniser avec plusieurs épaisseurs de vêtements sur le dos, à la fin du mois d’octobre, profitant de la superbe vue sur le centre-ville en plus de la féérie des couleurs automnales de la végétation.

Parce que musique électronique et plein air ne se conjuguent pas que par beau temps. Le succès à massif de l’Igloofest nous l’a prouvé. Mais on espère quand même qu’il fera beau ce week-end pour Révolutions Cap-Chat, un nouveau-venu dans le circuit des festivals, qui sera mis à l’essai pour trois ans. C’est un festival auto-suffisant au niveau énergétique, car il a lieu au pied d’Éol, la plus grosse éolienne du monde, dont il tirera tout le pouvoir nécessaire à l’éclairage et la sonorisation du site. Dans la catégorie des sites avec une vue à couper le souffle, celui-ci ne donne pas sa place.

On pourra y entendre beaucoup de Montréalais, quelques DJs du coin, les Torontois de My Favorite Robot, ainsi qu’une sommité comme Akufen. Mais outre la musique, c’est un véritable esprit de communauté qu’on y retrouvera, une atmosphère amicale dans un cadre physique de rêve. La technologie qui, pour une fois, s’harmonise à la nature. 
Révolutions Cap-Chat | Du 12 au 14 août | Cap-Chat | revolutionscapchat.com

 

IBIZA SUR LA RIVE NORD
Décidément, ce ne sont pas les festivals de musique électronique qui manquent par les temps qui courent. Si on s’est déjà plaint d’une certaine lacune, on peut aujourd’hui se lamenter de ne pas pouvoir assister à chacun, faute de temps. Une nouvelle édition du Festival Ibiza, inspiré de la célèbre île espagnole aux mille plaisirs, Ibiza, se tiendra ce week-end au Beach Club. Le communiqué de presse nous promet « un paradis digne des plages brûlantes de chaleur corporel et sensoriel [sic] ». Le plaisir s’étale sur trois jours (respectivement Trance, House et Foam) avec des têtes d’affiches telles que ATFC, Michael Woods et D-Formation.
Festival Ibiza | Du 13 au 15 août | Beach Club de Pointe-Calumet | beachclub.com


STEFFI AU U.N.
Encore un tour de force de 13%. Le collectif accueille ce vendredi la très célébrée résidente du Panoramabar, Steffi, au Club U.N. L’austère hollandaise est la définition même de l’underground, mais comprend ironiquement bien l’importance de la mélodie dans la house. Ce sera son premier passage en sol québécois.
Steffi | Vendredi 12 août | Club U.N. | 390, Notre-Dame Ouest

 

AUSSI À SURVEILLER
Vendredi : Une belle brochette de DJs torontois débarque au Stereo : Nathan Barato, The Junkies et  Alicia Hush balanceront des bombes toute la nuit.

Samedi : Un Piknic Électronik « hors série » a lieu le long du Canal Lachine, avec les services musicaux de The One Tash & Sweet Daddy Luv, ainsi que Kate Simko. Un party « after » Ibiza au Circus vous propose ATFC.

Dimanche : Le Piknic, aux Floralies cette fois-ci, accueillera des gens comme appleblim, Addison Groove et Scuba. Du côté de la SAT, le HARD Summer Tour propose Digitalism, Jack Beats et Destructo, des formations qui sont loin de faire dans la dentelle.