+ Toutes les playlists

All Night Long: soubresauts estivaux avec Ian Pooley et Okain

Une absence totale de commentaires sur ma chronique de recommandations de sorties, qui en est ici à sa soixante-septième édition, me plonge parfois dans une amère incertitude, une quasi-angoisse : qui me lit, me lit-on, apprécie-t-on?

Est-ce que mes introductions font pester mes lecteurs? Me maudit-on les dents serrées? Fais-je trop long, trop court? Devrais-je accompagner mes recommandations de photos de chatons ou de hipsters?

L’heure est à la remise en question. L’heure est grave (mais non). L’heure est venue pour vous, si vous me lisez et avez à cœur ma confiance en moi, de commenter sur cette page ou de m’envoyer un courriel ici [mailto:clifford@mirrorballs.ca] pour m’éclairer.

Parce qu’avec la luminosité déclinante de fin d’été, ce sont aussi mes convictions qui vacillent et tremblent, qui claquent des dents comme un squelette dans le placard, et qui se contentent de murmurer malgré le constant vacarme d’une société hédoniste.

 

 

IAN POOLEY AU PIKNIC
Il y a de ces DJs et producteurs auxquels le temps ne porte pas atteinte, qui sortent de la grande bataille du passage du temps sans une seule égratignure, et qui conservent une pertinence qui ne flétrit pas. Le discret allemand Ian Pooley fait partie de cette rare race. Produisant depuis le début des années ’90, époque où les sons plus « hard » étaient la norme, il a tout de suite su injecter un côté funky, inspiré par la house américaine, à ses parutions. Avec une feuille de route fort impressionnante et des remixes de Daft Punk et des Cardigans à son actif, il n’a pas que le passé à brandir : il collabore depuis peu avec le britannique Spencer Parker, et n’a rien perdu de son mordant. Il sera au Piknic ce dimanche avec son
complice Fred Everything et la joyeuse Beat Boutique Family.
Ian Pooley | Dimanche 7 août | Place de l’Homme du Parc Jean-Drapeau | ianpooley.com

 

OKAIN AU DAOMÉ
Samuel Thalmann, un Français faisant partie de la bande qui réunit aussi Paul Ritch, Varoslav et Yakine, pratique une tech-house remarquable sous le pseudonyme Okain. Cette nouvelle vague est reconnue pour son respect du passé et son absence de compromis, ce qui a permis au jeune producteur de faire paraître ses compositions sur des étiquettes telles que BPitch et Tsuba. Il est l’invité de Nymra & Sofisticated ce samedi au Daomé.
Okain | Samedi 6 août | Le Salon Daomé | 141, Mont-Royal Est | lesalondaome.com

 

 

AUSSI À SURVEILLER
Vendredi : Les gars de l’étiquette locale microzoo, Nathan Burns & Elio Krass, s’occupent de bien satisfaire les oreilles des habitués de leur soirée au Daomé, puis se dirigent ensuite vers le Stereo, pour terminer la nuit en beauté aux côtés de Ryan Lazanis et Lyle Quach. C’est une des quelques occasions que vous aurez d’entendre et de saluer Krass une dernière fois, car il déménage en Espagne à la fin du mois.

Samedi : Au CFC, la bande de Music is my Sanctuary célèbre quatre ans d’entrevues, de podcasts et de bon goût avec la musique du belge Lefto, et du homeboy Lexis.