+ Toutes les playlists

All Night Long: Stacey Pullen, DJ Craze et Claude Vonstroke font la danse du soleil


J’ai longtemps été convaincu que la luminosité était propice à la mémoire. Et que l’été, avec son solstice et sa lumière prolongée de qualité supérieure, nous projetait souvent dans nos souvenirs, de plein fouet, et nous laissait rêveur. Et rêver toute une saison, c’est foutrement contre-productif. L’homme qui a la tête plongée dans son passé surexposé n’a que faire du futur.


Il m’arrive souvent, je ne m’en cacherai pas, de fixer le mur de mon bureau, l’esprit absent, pendant de longues minutes qui me paraissent des secondes. Et comme j’ai une très bonne mémoire, je me souviens de beaucoup de choses. Et je suis souvent tellement occupé à me souvenir des étés précédents de ma vie, et à trouver que c’est donc l’fun, le soleil, que je ne profite pas du moment présent. Et dès que j’ai le dos tourné, l’hiver arrive en traître.


Nous en sommes présentement à un moment-charnière de la saison. Fin juillet, c’est l’heure de paniquer. Vous avez l’impression que vous n’avez rien fait de votre été? Bienvenue dans le club. Dressons un bilan : il y a des chances que, si vous travaillez cinq jours par semaine et que vous avez dilapidé vos vacances cet hiver, ou que vous n’y avez pas droit parce que vous venez de commencer une nouvelle job, vous n’ayez pas un seul instant quitté la ville. Ce qui n’a rien de dramatique, car Montréal regorge d’activités et de secteurs à explorer. Mais pour un amoureux de la nature, disposer d’un seul week-end pour rouler assez longtemps vers la forêt, profiter du paysage, et être sagement de retour dimanche soir pour être au boulot lundi matin, c’est difficile à accomplir.


Alors je vous lance un cri d’alarme : il ne vous reste que deux mois pour profiter du beau temps. Si vous voulez oublier cette triste réalité, ou que vous préférez user à fond cette ville qui vous sert autant de terre d’accueil que de prison, suivez le guide vers un hédonisme bon enfant.

 

STACEY PULLEN AU U.N.
Si vous lisez régulièrement cette chronique, vous savez que le collectif 13% a bon goût, et fait venir en ville des artistes qui, autrement, ne trouveraient pas un endroit où jouer ici. Ils ont établi une présence régulière au U.N. et ce vendredi, ils ont invité Stacey Pullen pour un DJ set. Membre en règle de la 2e vague de producteurs de techno de Détroit, il n’est pas très prolifique, mais se rattrape derrière les platines avec un horaire chargé et des prestations un peu partout dans le monde. C’est Ostrich, la tête pensante de 13%, qui ouvrira le bal pour lui.
Stacey Pullen | Vendredi 29 juillet | Club U.N. | 390, Notre-Dame Ouest | staceypullen.com

 

DJ CRAZE AU BELMONT
Avec à son actif un CD mixé de la légendaire série Fabric, DJ Craze a aussi comme lettre de noblesse la distinction d’avoir été le champion mondial DMC cinq fois (!). Son parcours de vie est une belle histoire inspirante, mais c’est derrière des platines qu’il devient une lourde machine sonore impossible à égaler. C’est un platiniste dans le sens le plus pur du terme, et il ne se contente pas d’aligner les pistes les unes après les autres quand il mixe : il joue avec les sons, les vitesses, il scratche et ré-invente. Avec lui, le mot « party » n’aura jamais été aussi juste pour décrire une soirée.
DJ Craze | Vendredi 29 juillet | Belmont | 4483, Saint-Laurent | djcraze.com


PIQUE-NIQUE À OSHEAGA
Osheaga, c’est aussi deux jours à la programmation complètement éclatée au Piknic. Cette année, la scène est installée au même endroit que d’habitude, sous le Calder, et offre une alternative festive à l’éclectisme des scènes principales. Samedi, il y a entre autres Egyptrixx et Jacques Greene, et dimanche, le magicien du MPC Jeremy Ellis et l’oiseau de mauvais augure Claude Vonstroke.
piknicelectronik.com

 

LES DEUX TOM DU CIRCUS
Ce week-end au Circus, deux « Tom » de renom passeront derrière les platines. Vendredi soir, Tom Pooks met le feu à la Playroom dans le cadre de sa tournée Kazantip, et samedi ça sera au tour de Tom Stephan. Mieux connu sous le nom Superchumbo, il a régné en roi et maître sur la scène house progressive au début des années 2000, et partagera l’affiche avec son vieux pote Stéfane Lippé.
circusafterhours.com

 

AUSSI À SURVEILLER
Jeudi : Pawas, un artiste minimal qui est aussi prolifique que ludique, sera de passage au Daomé avec  Andres Vellila et Ozen.

Vendredi : Au CFC, Thomas Von Party reçoit de la belle visite de Toronto : Dinamo Azari, de la formation Azari & III. Au Cherry, Night Trackin’ reçoivent Justin Miller, de l’étiquette new yorkaise DFA. Au Stereo, c’est une nuit très féminine que l’on vous propose avec les grandes dames de la tech house montréalaise : Maus, Mightykat et Nymra & Sofisticated.