+ Toutes les playlists

All Night Long: Frivolous au Piknic et Arthur Oskan au Belmont


Il y a des semaines comme ça. Le Montréalais amateur de clubs, complètement blasé, se dit qu’il n’y a rien à faire. Il attend qu’il se passe quelque chose. Il fixe le vide, au-delà de sa fenêtre, avec une langueur quasi mélancolique. Un réseau social comme Facebook, qu’on laisse guider nos choix de sorties par habitude, est victime de sa propre austérité et de ses mesures de sécurité de plus en plus abusives : les promoteurs voient leur compte effacé, ou sont carrément incapables d’envoyer des invitations. L’information circule avec moins de fluidité. La répression agace. On commence à contempler le « F » bleu et à y voir un dinosaure du cyberspace, qui va bientôt aller rejoindre ses amis ICQ, mIRC, Friendster et MySpace dans les limbes.

 
Pourtant, la ville grouille d’activités. Les festivals estivaux abondent. Les rues sont bloquées à la circulation automobile, les terrasses ne désemplissent pas, l’été est là. Et on sait que les étés montréalais sont légendaires. Alors il n’en tient qu’à nous de s’armer de notre fragrance favorite, d’un sourire carnassier, d’une flasque bien dissimulée, de notre meilleure attitude, et d’aller réveiller les morts qui dorment sur les pistes de danse de la ville.
 
 
FRIVOLOUS AU PIKNIC
Daniel Gardner, Vancouvérois d’origine qu’on connaît mieux sous son pseudonyme Frivolous, a un temps vécu à Montréal, où il a rencontré plusieurs artistes d’ici qu’il croise maintenant à l’occasion dans les rues de Berlin, suite à un exil massif de talent musical. Il a fait paraître il y a quelques mois un album immense sur Cadenza, l’étiquette de Luciano, joignant ainsi une équipe renommée qui comprend aussi un autre Montréalais, Ernesto. Frivolous est un talentueux musicien qui maîtrise plusieurs instruments, et ses apparitions en live sont une expérience sonore déroutante, mélodique et dansante. Il sera au Piknic de ce dimanche avec Dave Aju, un autre producteur atypique qui utilise sa voix comme instrument principal. Baya sera aussi de la partie, ainsi que B.A.G.S., le nouveau projet de Bender et Alex Gragnani.
Frivolous | Dimanche 17 juillet | Place de l’Homme de l’Île Sainte-Hélène | frivolouslive.com
 
 
ARTHUR OSKAN AU BELMONT
Le Belmont sur le boulevard est à la fin d’une longue mutation. De bar étudiant qui se meurt, fréquenté par des gens des rives amateurs de pop radiophonique, il est devenu un endroit fort couru par les kids électro et dubstep, avec des soirées régulières comme Dance in Dark, Bass Drive ou Kannibalen. Depuis peu, on peut aussi y entendre de la house, notamment les dimanches pour la soirée Expression. Nymra & Sofisticated, deux bâtons de dynamite qui présentent une bi-mensuelle au Daomé, y apportent aussi dès cette semaine leur concept « High Heels Prohibited ». Parce qu’on sait que les talons aiguilles, ça nuit à la danse, et que ce vendredi, danse il y aura. Parce qu’en plus de la house des deux filles, on pourra y entendre la techno d’Arthur Oskan, un Torontois qui a ravi beaucoup d’oreilles au dernier MUTEK. Et quand on sait que le système de son de la place peut en prendre… on anticipe le meilleur.
Arthur Oskan | Vendredi 15 juillet | Belmont | 4483, Saint-Laurent | arthuroskan.com
 
 
AUSSI À SURVEILLER
Vendredi : Dave Aju, qui sera au Piknic dimanche, passe aussi par la Soirée Risquée de Vincent Lemieux au Daomé. Du côté du Circus, c’est le 1er anniversaire de Dark Nights, et on ne niaise pas avec la puck : y performeront Angy Kore, Phunk Investigation et Jerome Isma-Ae.
 
L’incontournable de la semaine : Je prêche pour ma paroisse, mais ne m’en tenez pas rigueur. Je me sentirais mal de passer sous silence le 3e anniversaire de la soirée Motion du Salon Daomé, qui aura lieu ce samedi dans une ambiance fort probablement hystérique. Le ROUX Soundsystem y accueille une armée de fidèles qui savent faire le party, et c’est musicalement très éclaté, avec une constance : le plaisir absolu de la house.