+ Toutes les playlists

Blogue: Sérénité musicale à la Détente Générale


Été 2009: Un groupe d'amis du HEC peu calés en technologie mais maniaques de musique décident de rendre leurs découvertes sonores publiques en se créant un petit blogue sans prétention. Quelques copains et squatteurs d'appartement s'y greffent peu à peu, quelques-uns s'en vont, et c'est petit à petit que La Détente Générale s'impose comme source quasi-quotidienne de découvertes musicales fraîchement cueillies.

Erwan Oudin, Oscar Ritaly, Gael Bergeron, Jean Dauvin et Antoine Stioui sont cinq des 14 chasseurs de chansons dispersés entre Montréal, Paris et Bruxelles et qui nourrissent sans cesse les rages musicales des lecteurs de La Détente Générale (qui peuvent être jusqu'à 1000 par jour). C'est avec entrain qu'ils parlent de leur blogue, dont l'étendue de collaborateurs garantit une diversité de contenu impressionnante. « En fait, on s'est donné une règle: on ne fait que publier des trucs qu'on aime sans rien critiquer, mainstream ou pas. Mais c'est sûr que si quelqu'un de l'équipe publie du Lady Gaga ou du Justin Bieber, on ne va pas trop comprendre... ». Les quatre Français avouent cependant cultiver quelques hontes musicales. Sous le couvert de l'anonymat, « Crush » de Jennifer Paige, « Suga suga » de Baby Bash et «Get Down » des Backstreet Boys sont mentionnés à contrecoeur. Et une chanson qui décrirait La Détente à elle seule? « Lover's carvings » de Bibio et « Empire state of mind » de Joy.

 
Teaser Playlist: Mile End 

 

Être quatorze à collaborer à un seul blogue, c'est pas un peu compliqué? Les gars affirment que leur plus gros problème, ce sont les collaborateurs qui ne publient pas assez. À part ça, ce n'est pas la contrainte du nombre qui leur cause des embuches mais surtout les questions de droits d'auteur. Les Rolling Stones et le rappeur français Hocus Pocus leur ont déjà demandé de retirer certains morceaux du site, prouvant l'influence grandissante de La Détente sur son lectorat francophone. Sans compter les posts empressés qui s'avèrent être des canulars ou les faux leaks de chansons, qu'ils essaient maintenant d'éviter à tout prix.                    

À la Détente, ils classent les morceaux sous trois catégories: vif, serein ou paisible. Vif pour les morceaux plus agités, paisible pour les pièces calmes et serein pour l'entre-deux. Et quand vient le temps de décrire leur expérience de Français à Montréal, c'est « serein » qui est choisi. « Vivre ici, c'est découvrir un autre état d'esprit. C'est pas l'argent roi comme dans le reste de l'Amérique du Nord ».

Réguliers du Salon Officiel et du Daomé, les gars de la Détente savourent tranquillement la vie montréalaise et comptent poursuivre le développement de la Détente, une étape à la fois. « Ça reste un hobby, mais si on réussissait à influencer un peu le monde musical, ce serait vraiment bien. Si on peu amener de la visibilité à des artistes ou en rencontrer, c'est génial ». Et pendant ce temps, les lecteurs de la Détente continuent sereinement de se faire servir des découvertes musicales, tout cru dans le bec.

 ladetentegenerale.com