+ Toutes les playlists

Tuyaux-concerts: Salem, Röyksopp et Skream/Benga

Mieux vaut tard que jamais, semble-t-il. Alors que l’hiver est la saison par excellente pour se vautrer dans les sonorités électroniques, il faut reconnaître que les derniers mois n’ont pas été plus fertiles qu’il n’en faut en événements du genre. Surtout si on compare à l’année précédente. Et maintenant que voici venir le redoux, que le soleil semble vouloir revenir et que la neige disparaît, on a un véritable festin de sons synthétiques devant nous. Allez y comprendre quelque chose!

Une partie de l’avalanche en question est causée par un seul et même événement, soit le second festival Neon High Food, qui occupera la SAT trois soirs durant les 18, 19 et 20 mars. L’an dernier, la série avait été perturbée par une offensive inattendue des autorités contre le bruit, ce qui a littéralement bousillé la prestation attendue de l’invité dompteur de basses Flying Lotus, pris pour jouer à un volume ridiculement bas. Maintenant que voici la salle de l’ancien red light remise à neuf, rien ne devrait plus empêcher les fêtards de se saouler de beat. Doigts croisés!

Ça commence ce vendredi, 18 mars avec le tandem britannique Simian Mobile Disco, de retour dans la foulée de son nouvel album entièrement fait de techno instrumental, Delicacies, paru fin 2010. L’omniprésent Montréalais Jordan Dare et le vétéran polymorphe américain Juan MacLean débuteront la soirée par des DJ sets, suivi d’une prestation live du tandem new-yorkais (dont honteusement aucun des membres n’a les cheveux blonds), après quoi SMD ira également d’un set live. Samedi le 19, la house est à l’honneur avec Jesse Rose, Sound Pellegrino Thermal Team ainsi que les représentants locaux Duvall et Seb Diamond.

Mais le meilleur est pour la fin, soit le retour des piliers dubstep britanniques Benga et Skream (en photo), dimanche 20 mars. Les temps sont durs pour le dubstep. Tellement galvaudé et souvent repris de façon trop agressive par les jeunes aspirants, il est en passe de devenir un équivalent électronique moderne du rapcore (ouch!). Mais avec ces deux vétérans, il est entre bonnes mains. Grooves purs et bombardements de basses fréquences à l’horizon. Vilify et Construct, deux DJ locaux spécialisés en dubstep, ouvrent les hostilités.

Art bâtard
Pour ceux qui aiment leur musique électronique un peu plus bâtarde, difficile à définir et nouvelle, ça se passe au Gymnase, vendredi 18 mars, avec le trio du Michigan Salem. Le groupe, qu’on dit composé de jeunes gens ayant peu à voir avec des enfants de chœur, se plaît à promulguer un genre baptisé «grave wave», sorte de mélange de hip-hop sudiste (mâtiné à la mode chopped & screwed), d’électro, de trance et de trames sonores de vieux films européens. Ça ressemble à quoi, son album King Night? À du Rick Ross en version instrumentale, remixé par Crystal Castle ET Paul Van Dyke sur les tranquillisants. Quelque chose comme ça. Premières parties par Silk Flowers et Prince Club.

Dans une veine beaucoup plus douce et polaire, les Norvégiens de Röyksopp se ramènent à Montréal ce samedi, 19 mars au Club Soda, en compagnie du sous-estimé Jon Hopkins. En voilà qui se sont longtemps rangé du côté fromagé de l’électro avec leurs concoctions tantôt downtempo (Melody A.M., 2001) ou carrément disco (Junior, 2009). Mais avec le plus récent Senior, lancé en septembre dernier, la paire a véritablement élargi son champ d’action via une belle tranche de synth-pop instrumental tenant de Kraftwerk ou de Boards of Canada. Apparence que le duo rend compte de chacune de ses facettes sur les planches, donc pas de risque que ceux qui désapprouvent de l’une ou de l’autre aient l’impression de se faire passer un norsk*.

* = sapin en norvégien

Également au calendrier: Organ Mood avec Ti-Minou, jeudi 17 mars au Divan orange; T-Pain avec Ryan Stevenson, jeudi 17 mars au Théâtre Telus; Chantal Archambault avec Tire le coyote, vendredi 18 mars à la Maison de la culture Maisonneuve (dans le cadre de la série Révèle la relève); Cold War Kids avec The Balconies, samedi 19 mars au Théâtre Corona; Panopticon Eyelids avec Anaconda et Souffle, samedi 19 mars à la Casa del popolo; Xavier Caféïne, dimanche 20 mars à l'Esco; Bravofunken avec Grenadine, lundi 21 mars au Café de l'Usine C; Les Incendiaires avec les Handclaps et Harvee, lundi 21 mars au Lion d’or (dans le cadre des Francouvertes); Barton Fink, mardi 22 mars au Belmont.

Un immanquable? Skream, Benga, Vilify et Construct, dimanche 20 mars à la SAT.