+ Toutes les playlists

Hakim Guelmi: gloire derrière les platines


Tout vient à point à qui sait attendre? Et si l’avenir appartenait à ceux qui n’attendent pas? Hakim Guelmi n’a que 22 ans et mène déjà sa carrière de DJ comme un vieux de la vieille. Il prend le téléphone pour inviter des producteurs internationaux, se barricade en studio pour peaufiner ses productions et ne se gêne pas pour dire non à plusieurs propriétaires de bar. Être DJ, c’est du sérieux.

 

Tu as fait venir le producteur allemand Butch au Salon Daomé un mardi soir. Tu as ouvert pour Misstress Barbara au Piknic Électronik et tenu des résidences au Velvet, Salon Daomé et Circus. Une petite pause s’impose, ou tu crois tenir le rythme?
Je me calme. En septembre, après le Piknic, j’ai arrêté mes résidences pour me concentrer sur ma soirée Safari au Salon Daomé, et mes nouvelles soirées House Keeping au Warehouse, qui n’auront lieu que ponctuellement, selon les DJ qui acceptent mon invitation. Comme le 11 décembre, je recevrai Hermanez, un DJ belge qui fait tous les palmarès.
 

Et les after, c’est terminé pour toi?
J’ai arrêté le Circus pour un temps, mais je recommencerai le 1er janvier, en compagnie de Creator pour la soirée Black Out du Nouvel An. Dès le 28 janvier, j’amorcerai mon nouveau mensuel chaque dernier vendredi du mois, soit en «extended set» ou avec des DJ internationaux dignes d’intérêt.

Comptes-tu endisquer tes productions prochainement?
Non. Je n’ai pas le niveau. Quand tu entres dans la scène internationale de la production, tu mets ton nom et ton son à côté des génies de la musique. Je veux attendre pour que mon nom se démarque parmi eux.
 

Des labels chouchous?
Ostgut Ton, Cocoon et CLR.

 

Ton son est souvent perçu comme très «dark», mais quand tu te produis au Daomé, c’est plus housy, plus dansant. Dans quelle direction veux-tu poursuivre?
Je crois que le meilleur mot pour décrire mon son serait «Berlin». J’aime l’imprévisible. Il faut que ce soit musicalement complexe, que ça varie en ton et en ambiance. L’important pour moi, c’est de faire vivre une expérience.

 

1er janvier | Circus Afterhours | 915, Ste-Catherine E.
avec Traversable Wormhole (live) + Creator + Driss Skali
circusafterhours.com