+ Toutes les playlists
21 décembre, 2010 - 15:03 Éthique urbaine

Éthique urbaine: Back to basics

Au risque de passer pour une plate de la pire espèce, je décrète que le bon goût cet hiver est empreint de sobriété. Allons, les gamins, il est temps de retourner à la base, et ce, dans notre vie personnelle comme dans notre look. Fini donc les tendances instantanées de grosses lunettes, petites lunettes, grosses palettes, laides épaulettes. Out les collants avec mailles en sus qui filent par exprès, et la robe polyester qui gratouille les aisselles. Passé l’exagération de la tendance éphémère H&M/Forever 21 pleine de paillettes, de couleurs néon, de MC Hammer pants et d’extrêmes bubble skirts.

 

Ce mouvement du retour aux sources sobre et noble tient d’un désir sain de se trouver juste belle par opposition à originale. Catherine Deneuve jeune vs Katy Perry, mettons. On le sait depuis toujours que des talons de 5 pouces et demie, ça finit en pieds de bas au party de Noël. On n’a pas besoin de se regarder longtemps dans le miroir pour constater que ce nouveau veston – aussi soeurs Olsen soit-il – nous donne un air de téléportée directement de Star Trek: Last Generation. Rarement le néon vert lime a-t-il donné un teint radieux à qui que ce soit et on dirait encore moins à toi. Honnêtement, a-t-on déjà trouvé Bjork, Lady Gaga, Courtney Love ou Marie-Chantal Perron élégantes? Vous me direz qu’il y a eu Sex and the City et qu’on a toutes vraiment trippé. Oui, mais peut-on, six ans après, fashionistas du monde entier, passer à autre chose? Parce que, si on en juge par les derniers tapis rouges, SJP est aussi passée date que sa série-culte.

 

Pour te réussir un look «retour à la base»:

 

1. Choisis tes matières, plutôt que tes marques: l’idée n’est pas d’être anti-marques (ce qui est encore plus out que de l’être trop), mais de miser sur un beau sac de cuir, au lieu de jeter son dévolu sur le dernier Darel sans trop se préoccuper de ce dont il a l’air. Un chemisier de soie seyant, un pantalon de gabardine bien coupé, un cachemire italien de grande qualité. Tout passe par la matière.

 

2. Toutes les couleurs sont de mise puisque le mouvement oblige qu’on porte uniquement ce qui nous va parfaitement bien. Les pièces de base doivent toutefois être neutres. Dans les tons de gris, charcoal, noir et chamois. S’il fut un temps où les collants flashy caca d’oie, fuchsia, bleu royal étaient chose courante, du genre 3 pour 12$ chez Simons, on en choisit désormais qu’un noir et un gris imitation sweatshirt, et de grande qualité (DKNY, Falke, JCrew).

 

3. Le manteau doit être chaud, et le style parka ¾ peut se porter avec tout, du skinny (maintenant un permanent de la garde-robe) aux robes cocktail chics. Nul besoin donc de manteau de soirée. Les bottes sont imperméables et il est plus facile et stylé de déambuler dans des Hunter de pluie que des soi-disant bottes d’hiver Aqua-Machin qui collent sur le mollet et qui laissent l’eau rentrer.

 

4. Une robe noire parfaite dans une coupe parfaite, mais surtout dans un tissu parfait (c’est-à-dire qui ne risque pas de lustrer aux coutures). Cette robe-là, il faut qu’elle devienne ta marque de commerce. Si ton décolleté n’est pas ton meilleur atout, alors elle sera à col rond. Si tes bras sont d’enfer, elle sera sans manches. Aucun compromis à faire de ce côté.

 

Enfin, si la tendance était, il y a de cela quelques saisons, d’innover chaque jour avec sa garde-robe, il est maintenant bien vu de porter à plusieurs reprises les mêmes kits sur une base hebdomadaire pourvu que ces agencements soient irréprochables. Un kit du lundi pantalon chemisier Banana Republic. Un suit Tiger of Sweden de présentation. Une robe Cynthia Steffe pour la journée du 5 à 7. Une combinaison cachemire chamois-pantalons mous pour le hangover collectif du vendredi.

 

Jamais le plate n’aura-t-il été aussi beau.