+ Toutes les playlists

Léonce et Léna: satire dansée made in Deutschland

Les Grands Ballets canadiens donnent le coup d’envoi à leur saison montréalaise 2010-2011 en présentant en primeur nord-américaine le spectacle contemporain dont tout le monde parlait en Allemagne en 2008: Léonce et Léna. Ce chef d’œuvre de bouffonnerie surprend par son vocabulaire chorégraphique novateur et son récit empreint d’un sarcasme amer.

Le prince Léonce s’emmerde royalement dans son royaume, qui a pour nom Popo. Léna, princesse du royaume voisin de Pipi, est dépassée par les non-sens du monde qui l’entoure. Ils ne se connaissent pas, mais depuis leur enfance leur mariage a été arrangé par leurs parents. Faisant fi des conventions, ils s’enfuient chacun de leur côté et se rencontrent par hasard dans une auberge située à la frontière des deux royaumes. C’est dans ce lieu joyeux et coloré que naîtra leur véritable amour.
 

À cheval entre la danse et le théâtre, Léonce et Léna, ce ballet du chorégraphe allemand Christian Spuck, l’une des figures de proue de la danse européenne, est inspiré de la comédie satirique éponyme de Georg Büchner, auteur de Woyzeck. La critique sociale tranchante est donc au rendez-vous, présente dans la trajectoire grotesque de prince et princesse, mais aussi dans la transposition complètement marrante de l’ennui décrit par Büchner. Bouffonnerie, ironie et fantaisie, c’est parfois aussi ça, le ballet!


Léonce et Léna
Du 21 octobre au 6 novembre

Théâtre Maisonneuve | 175, Sainte-Catherine Ouest |
grandsballets.com