+ Toutes les playlists

Éthique urbaine: Summer is magic (not)

Tout le monde aime l’été. Montréal aime l’été. Moi aussi, j’aime l’été, mais pas autant que toi, il me semble. Non, mais c’est vrai, à lire tes status, on dirait que tu te fais un marathon d’été, pis il faudrait surtout pas que t’en manques une seconde. C’mon! Réalise que t’es la même personne plate, il fait juste plus chaud dehors. Trop d’estivaleries, c’est comme pas assez.

Pour te convaincre, je vais te dresser drette là, la liste des six «activités/choses» les plus déplaisantes de l’été, afin que t’arrêtes de tapisser mon news feed avec tes updates Foursquare qui nous informent que t’es rendu dans une serre à choisir tes annuelles pour ton balcon 2 X 2 – c’est parce qu’on s’en fout?

LE VÉLO. Nomme-moi quelqu’un qui aime vraiment, mais VRAIMENT ça, faire du vélo, pis je te croirai même pas. C’est-tu assez plate! Avant même d’avoir fini de gonfler mes pneus, j’suis déjà écoeurée. Après trois tours du bloc, deux «C’est dont ben l’fun, hein, on s’amuse comme des petits fous!», après LE cornet crème glacée molle annuel du Dairy Queen, le voilà sââcré dans le garage jusqu’à l’année prochaine. Honnêtement, j’ai jamais vu une face enjouée sur un vélo. Contrairement à la croyance populaire, les cyclistes ne sont pas en criss contre les conducteurs de voiture, ils sont juste en criss d’être pognés à faire du vélo. Plains-les.

LES ABEILLES. Tu penses que tu vas profiter d’un lunch agréable, en bonne compagnie sur une belle terrasse? Erreur. Les abeilles ruineront ta vie. Tu vas te lever de ta chaise et crier comme une fillette. Tu vas feindre de les ignorer, te raisonner et te dire qu’après tout c’est juste des abeilles, c’est plus fort que toi. D’ailleurs, tu regrettes déjà de ne pas avoir mangé à ton bureau, surtout que tu sues de par ton intérieur de cuisse dans ta robe de soie Designer Remix pis que ce sera pas beau quand tu vas te lever.

LES FAMEUX BBQ - PISCINE. Pourquoi les gens qui possèdent une piscine se sentent-ils dans l’obligation de t’obliger à te baigner? «-L’eau est vraiment bonne, vas-y, sors ton bikini! – ÇA ME TENTE PAS DE ME BAIGNER, criss! Y fait 21 degrés, y mouille presque, chus menstruée, ÇA ME TENTE PAS! Non, mais J’PEUX-TU?!»

LES SERVIETTES DE PLAGE. No matter what, qu’elles proviennent de chez Costco ou qu’elle soit brodée Burberry, les serviettes de plage heurtent mon sens de l’esthétisme. Juste pour ça, tu ne me verras jamais sur une plage, à moins que le resort fournisse les serviettes et qu’elles soient toutes de la même couleur.

LES VENTES-TROTTOIRS. Mais pourquoi donc? Qui trippe fort à marcher en plein milieu de la rue et à reluquer les cochonneries de tous les ma­gasins sur fond de musique de DJ poche, juste à côté d’une démonstra­tion de breakdance et d’une terrasse de fortune meublée de chaises blanches de résine de synthèse? Pas moi.

LE «FAUT MANGER DEHORS». Pourrait sembler recouper le thème des abeilles, mais il n’en est rien. À chaque matin, quand je mange mes céréales en dedans pis que je regarde ma table dehors, j’me dis: «Faudrait ben que je mange dehors». Mais ça me tente pas. Jusqu’au jour où, n’en pouvant plus de cette culpabilité, je sors tous les napperons, les serviettes de table qui partent au vent, les ustensiles, les cappuccinos, en courant de la cour à la cuisine, pour m’asseoir et faire LE «–On est-tu ben, hein? (…) – Estie qu’on est ben (…) –Y fait-tu assez beau? (…) –Eille, on rentre-tu en dedans?»

 

Bon été tout le monde.