+ Toutes les playlists

Pop up: Jaroslav Halak, héros de la semaine

Halak, Price, Halak, Price, Halak, Price; ceux qui ont le moindrement suivi nos glorieux cette saison connaissent cette comptine comme si leur mère la chantait en leur donnant le biberon. Avec une équipe fragile ravagée par la peste, gageons que Jacques Martin aurait parfois préféré avoir un Markov ou un Camallerri en santé plutôt que d’avoir à décider lequel des deux bons gardiens allait rester assied sur le banc.

 Un choix difficile à faire, qui a partagé le Québec un peu dans les mêmes proportions qu’à chaque fois qu’il nous est demandé de faire un choix important pour l’avenir : 30% pour un, 30% pour l’autre, 30% d’indécis et 10% qui s’en foutent (ça c’est vos blondes que vous n’avez pas réussit à convertir au hockey). Bien sûr, une bonne partie changèrent d’idée à quelques reprises (sauf dans le 10%), mais les chiffres devinrent unanimes lundi dernier. Tous pour Halak!

En cette fin de série, c’est le bon vieux underdog qui sort gagnant. Le petit Halak, qui était souvent forcé de venir gagner un ou deux match quand Carey Price allait moins bien, pour ensuite se faire tasser sans raison est maintenant celui sur qui notre espoir repose pour s’en sortir; et on y croit.

Fût un temps où il était moins flamboyant, moins démonstratif que Price. Maintenant Halak nous démontre son arrogante confiance après avoir volé des buts coup sur coup, se dressant tel la muraille de chine devant l'armée de mongoles de Washington. Halak nous donne l’impression qu’il est surhumain et qu’il est sur le crack, prêt à tout pour protéger son filet comme un bulldog dans une niche. Mais surtout, Halak n’écope pas non plus de pénalités stupides après s’être fait marquer un but en séries, hein Carey?

Halak n’a peut-être pas un nom super cool, avec lequel on peut faire plein de jeux de mots pour nos pancartes au centre Bell. Pas de « Price is right » ou de « Jesus Price » avec Jaro. Mais le seul fait de prononcer ces deux syllabes désormais sacrées est signe que la foi est revenu au sein de l'église de nos glorieux. HA-LAK!

Alors Halak, tu sera un héros acclamé peu importe ce qui arrive après le match de mercredi. Parce que même si tes bons coups seront oubliés par certain dans la défaite, les vrais savent qu'on n'aurait jamais pu être là sans toi. Si tu gagnes, tu devras continuer les miracles, parce qu'on affrontera l'enfant chérie du Canada: Bébé Crosby et ses Pengouins.

Citations de la semaine

« Si tu es incapable de jouer avec du cœur, retourne chez toi, on a pas besoin de toi, ici » - Andrei Markov à Carey Price après un match

Price mon petit braillard, tu te le fait dire!

« Je regardais la reprise quand Fehr a marqué son but, et sa main tremblait alors qu'il buvait de l'eau. Il était nerveux. Il sait qu'il y a beaucoup de pression sur lui, et c'est bon pour nous. » - Ovechkin à propos d’Halak

Est-ce que tu l'as vu trembler lundi? Moi j'ai vu son auréole.

« Halak ne sera jamais numéro un à Montréal » - beaucoup de fans sur les forums de hockey

Pardon?

 « Price sniffe de la poudre sur le cul des danseuses!!! » - rumeur dans le street

Je ne suis pas pro cocaïne au contraire, mais je ne vois pas de meilleur endroit pour en sniffer que le cul d’une danseuse!

Vidéo de la semaine

Voici un extrait des miracles qu'il a accompli lundi soir. Incroyable!

 

Cliquez ici pour suivre Jeanbart sur Twitter!