+ Toutes les playlists
21 septembre, 2007 - 0:12 Éthique urbaine

Éthique Urbaine: Combattre le gris

Novembre, c'est gris et c'est beurk. Notre vie est moche et l'on doit absolument faire quelque chose pour «recrinquer» ce moral qui est au plus bas. La drogue? Surtout pas: on ne sait jamais quand ça peut nous pogner de vouloir devenir premier ministre. Une thérapie? Comme notre déprime a une durée de vie d'exactement trois semaines, y a pas de quoi retourner dans le ventre de sa mère pour ça. Je vous offre ce mois-ci des petits remèdes maison qui sauront vous éviter le suicide. [

BICHONNE-MOI, MON AMOUR
Se bichonner seul, en couple ou en groupe, c'est l'activité par excellence pour booster notre estime de soi. Voici quelques idées pour se sentir comme un caniche royal après une tonte à pompons:

1 Séance d'épilation interactive: dernier cru en matière de croissance personnelle. On se met tout nu, on s'arme d'une pince à sourcils, et à tour de rôle, on arrache le poil que l'on juge le plus disgracieux sur le corps de la personne à notre gauche. On cale ensuite un shooter de thé vert et on crie «Poilu!» C'est l'fun, hein?

2 Les aisselles, des fois, ça pue: puisqu'on trippe écolo-vert-durable-hybride-équitable, on se concocte des déodorants maison. Ma recette préférée consiste à écrabouiller un plein casseau de framboises, ajouter du yogourt nature avec un peu de miel pour le tonus, et étaler le tout sous ses bras. On attend 6 minutes les bras en l'air et le tour est joué! Menoum!

3 On est d'accord, les dents jaunes, c'est dégueulasse. D'un autre côté, le blanchiment, c'est cher. Que faire? On s'est tous, au moins une fois dans notre vie, fait une manucure au liquid paper. Pourquoi ne pas l'essayer sur nos dents? Vous m'en donnerez des nouvelles!

4 Pour avoir des pieds tout doux, y a rien comme la gélatine. Quand je n'ai rien à faire, je prends un grand bol, je verse dedans deux boîtes de Jello avec l'eau bouillante, je mets mes pieds dans le bol, je mets une chaise devant le frigidaire, je mets mes pieds dans mon bol dans le frigidaire et j'attends que ça pogne. C'est vraiment mais vraiment cool!

ÇA VA?
SVP, ne jamais, à la question anodine «Ça va?», répondre autre chose que «Oui, merci!». Les gens - votre famille, vos amis - n'ont que faire de votre déprime - lire: ils n'en ont rien à foutre. Les réponses du type «Ben justement non, je viens de me faire avorter» ou encore «Ça va pas fort-fort, ces temps-ci - la température, ça aide pas, tsé? en plus j'ai le syndrome du côlon irritable», ou tout simplement «Ah, ben non, fuck, j'ai oublié mon lunch» sont à proscrire en toutes circonstances.

SPM: c'est quoi ton nom?
Les ouragans ont tous un nom et c'est pas pour rien. Comment être fâché contre une Katrina? Quand vous sentez monter la tempête hormonale, faites de même, et baptisez votre SPM en utilisant la première lettre du mois courant. Par exemple, pour le mois de novembre, on l'appelle Natacha, c'est sexy. On l'apprivoise, on en parle à tout le monde en commentant son approche éminente, on la qualifie de tempête ou d'ouragan avec son degré à l'échelle menstruelle. On peut même demander à nos proches d'évacuer notre périmètre et ils s'exécuteront avec empressement et jovialité. Ça a l'air de rien, mais ça sauve des couples.